Archives du mot-clé laïcité

Service Civique détourné par des associations confessionnelles ?

Le Service civique a été créé par une loi du 10 mars 2010 sous l’impulsion de Martin Hirsh. Il s’agit alors d’un dispositif visant à encourager l’engagement. Il donne la possibilitéaux jeunes de 16 à 25 ans de s’engager pour une durée de 6 à 12 mois dans une mission d’intérêt général dans 9 domaines différents, reconnus prioritaires pour la Nation : éducation, solidarité, santé, culture et loisirs, environnement, développement international et humanitaire, mémoire et citoyenneté, sports, intervention d’urgence en cas de crise.

Les structures accueillant les jeunes de Service civique sont clairement définies.

« La personne morale agréée est un organisme sans but lucratif de droit français ou une personne morale de droit public. Une association cultuelle, politique, une congrégation, une fondation d’entreprise ou un comité d’entreprise ne peuvent recevoir d’agrément pour organiser le service civique. » ( Loi no 2010-241 du 10 mars 2010 relative au service civique. Article 8)

En août 2017, Lallab, une association de femmes qui a pour but de lutter contre « les préjugés et discriminations subies par les femmes musulmanes », annonce qu’elle va bénéficier de Service civique. Une polémique démarre alors. En effet l’association est très marquée politiquement. Elle diffuse ainsi la pensée d’Asma Lamrabet, comme le modèle à suivre. Auteure d’un livre sur les femmes, l’auteur explique que les intellectuels musulmans qui critiquent l’islam politique « font serment d’allégeance aux médias occidentaux« . Ou encore : « Il est à noter ici que nombreuses sont les femmes qui finissent, lors d’une scène conjugale, par sombrer dans l’hystérie. » L’association Lallab n’a pas hésité à mettre en valeur une député du mouvement Ennahda. Par ailleurs, Lallab lutte contre la loi de 2004. (Voir ici)

Suite à la polémique, Service civique retire l’annonce.  (17 aout 2017). Il explique : « La mission proposée ne correspond pas aux principes fondamentaux du@ServiceCivique, elle n’est plus en ligne sur notre site. »

Le Service Civique est clair :

« La mission proposée doit répondre à l’exigence de neutralité et de laïcité que doit revêtir toute mission confiée au titre d’une politique publique et dans un objectif d’intérêt général. Ainsi la participation à un mouvement ou à une manifestation politique, à un enseignement religieux ou à la pratique d’un culte sont autant d’activités qui ne peuvent pas être intégrées dans une mission de Service Civique » (Voir ici)

 Cette affaire a permis, entre autre, de mettre en lumière de nombreuses autres associations bénéficiant de services civiques malgré leur caractère religieux.

Voici quelques exemples d’annonces en ligne sur le site web du Service Civique :

– une annonce pour « participer aux séjours des activités paroissiales ou séjours à thèmes avec l’aumônerie catholique ».

aa
- une annonce pour organiser « un travail relationnel avec la paroisse catholique pourra aussi être fait pour faire vivre le lien chrétien ».
bb
- une annonce « participer à l’élaboration d’outils papier et numériques pour accompagner les projets de développent international des établissements du réseau catholique » avec le Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique.
cc
- une annonce pour « participer à la réalisation de projets éducatifs en milieux défavorisés » avec « l’aumônerie catholique des collèges et lycée Claudel, Fauré, Gallois ».
ee
- une annonce pour « en lien avec l’équipe de la Pastorale jeunes, relayer par différents moyens de communication, notamment vidéo, les temps forts vécus par les jeunes dans le diocèse », et « en lien avec l’équipe du Service diocésain de Communication, contribuer à l’activité en en découvrant divers aspects ».
dd
On peut s’interroger quant au non-respect possible de l’exigence de neutralité et de laïcité dans les missions de Service Civique. Que des associations à but confessionnel investissent le terrain social pour remplacer des services parfois défaillants n’est pas un mystère. Il serait dommageable que l’État ne respecte pas la loi en matière de laïcité d’une part, et fournisse à ces associations religieuses une aide budgétaire en leur finançant des postes de service civique d’autre part.

Un 8 mars laïque et universaliste, partout dans le monde, même dans le 20ème !

La récupération de mouvements sociaux par des forces conservatrices ou obscurantistes est une constante. En matière de féminisme, elle est parfois spectaculaire. Ce qui vient de se produire en mairie du 20eme arrondissement de Paris en est un exemple.

GARDEZ-MOI DE MES AMI-ES, MES ENNEMI-ES JE M’EN CHARGE

La maire, Frédérique Calandra, avait confié à son adjointe en charge de l’égalité Femmes/Hommes la programmation d’événements autour du 8 mars, Journée Internationale des Femmes.

Bien mal lui en a pris !

Cette élue EELV n’a pas hésité à flirter avec des idéologies éloignées de l’émancipation des femmes dont le relativisme culturel et le « féminisme dit- pro-sexe ».

Oubliant qu’elle représentait la mairie, l’élue EELV a choisi de transformer la semaine du 8 mars en semaine de promotion exclusive de thèses et personnalités particulièrement polémiques, pour la plupart engagées depuis longtemps aux côtés des Indigènes de la République (PIR), du site Les mots sont importants et dans la lutte contre la loi 2004 sur le port des signes religieux à l’école :

– Christine Delphy et Sylvie Tissot, sociologues, sont toutes deux initiatrices du premier Manifeste (2005) des Indigènes de la République ; elles sont en outre signataires du manifeste de soutien aux Y’a bon Awards décernés (pour « racisme ») à Caroline Fourest en 2012.

– Rokhaya Diallo est animatrice des Indivisibles, groupe à l’origine de ce prix.

– Ndella Paye est porte-parole d’un collectif de mères voilées militant pour l’abrogation de la circulaire Chatel.

BONJOUR LE 8 MARS !

Quelques semaines après les assassinats des journalistes de Charlie Hebdo, on peut s’étonner qu’une élue choisisse d’offrir un plateau totalement monochrome à des personnes qui ont signé un texte « contre le soutien à Charlie Hebdo » après le premier attentat de 2011.

Partout dans le monde, la Journée Internationale pour le Droit des Femmes est un moment privilégié où les féministes échangent sur leurs revendications, pratiques et stratégies d’émancipation. Militantes, chercheuses, politiques impliqué-es contre les violences sexistes et pour l’égalité entre les sexes, sont invité-es à faire le point et lancer de nouveaux programmes pour battre en brèche la domination masculine et le patriarcat.

C’est l’occasion d’une solidarité internationale avec les femmes qui se battent contre l’oppression des religions d’état ou des groupes fondamentalistes.

Aussi, détourner le 8 mars pour promouvoir des personnalités controversées parce qu’elles ne trouvent rien à redire ni aux pressions de l’arbitraire religieux imposées aux femmes, ni aux violences du système prostitutionnel, est pour le moins manipulatoire.

MÊME PAS PEUR !

Nous saluons l’annulation de cette programmation, acte lucide et courageux de la Maire du 20e arrondissement de Paris.

Nous connaissons la propension de certains groupes à confisquer la parole des féministes et des partisanes de la laïcité; et leur aptitude à se victimiser à la moindre occasion.

Nous savons la violence avec laquelle Caroline Fourest fut interdite de parole lors d’un débat sur le danger du Front National à la fête de l’Humanité.

Nous avons déjà supporté insultes et intimidations proférées par les ami-es de Rokhaya Diallo, issu-es d’un pseudo « syndicat de travailleurs du sexe » pro-système prostitutionnel.

Face à cette nouvelle tentative de récupération et de dévoiement de la Journée Internationale de lutte pour les droits des femmes, nous, féministes universalistes, laïques, engagées pour l’égalité femmes/hommes, contre le racisme et l’antisémitisme, nous apportons tout notre soutien à Frédérique Calandra, maire du 20eme arrondissement de Paris.

La mise au point de la Maire du 20ème Frédérique Calandra :

https://www.facebook.com/frederique.calandra/posts/10153165530037948?fref=nf&pnref=story#

Arlette Zilberg, Christine Le Doaré

Les premières signataires, issues du Mouvement des Femmes :

Annie Sugier, Djemila Benhabib, Michèle Loup, Françoise Morvan, Monique Dental, Nadia Benmissi, Bernice Dubois, Marie-Joseph Bonnet, Jacqueline Feldman, Martine Cerf, Marieme Helie Lucas, Laure Caille, Isabelle Steyer, Nadine Bouteilly, Ana Pak, Agnès Setton, Josiane Doan, Anaïs Decans, Irène Corradin, Mair Verthuy, Sporenda…