Archives du mot-clé Carlo Vigano

La charge complotiste des conservateurs catholiques sur le Covid-19

Lancée par Monseigneur Carlo Maria Vigano et publiée par Valeurs Actuelles le 7 mai 2020, une tribune appelle ouvertement dans un registre complotiste les catholiques à la défiance vis-à-vis des autorités étatiques, scientifiques et des médias.

Alors que les signataires sont connus pour leurs très fort engagement pro-vie (essentiellement anti-IVG et anti-euthanasie), on peut lire que « les doutes croissent quant à l’effective contagiosité, à la dangerosité et à la résistance du virus ». Pour rappel, le Covid-19 a provoqué à ce jour plus de 275,000 morts dans le monde et les recherches se poursuivent sur la dangerosité des séquelles après guérison. Les conséquences en pertes humaines sont tout bonnement ignorées. Les signataires raisonnent de la manière la plus complotiste qui soit : ils ignorent les faits pour se demander à qui profite le crime, celui-ci étant si possible un ennemi invisible et mondialisé. C’est ainsi que les limitations de déplacements induites par le confinement sont décrites comme « un prélude inquiétant à la création d’un gouvernement mondial hors de tout contrôle ». Le confinement, certes éprouvant mais temporaire, serait : « une partie inacceptable du projet de ceux qui favorisent l’isolement des individus afin de mieux les manipuler et les contrôler ».

Le ton conspirationniste se poursuit dans une diatribe anti-vaccins, qui seraient moins fiables que d’autres mystérieux remèdes non cités mais « efficaces et peu coûteux », mais privilégiés afin de garantir « aux sociétés pharmaceutiques des bénéfices bien plus importants, qui pèsent sur la santé publique ». Sans autre précision et afin d’attiser la défiance, le chapitre se conclut sur cette prescription religieuse déconnectée : « Nous rappelons également, en tant que pasteurs, que pour les catholiques, il est moralement inacceptable de recevoir des vaccins dans lesquels du matériau provenant de fœtus avortés est utilisé ».

A la lecture de cet appel, l’on se demande s’il l’on n’est pas face à un commentaire d’une groupie d’Alain Soral sur le site Egalité & Réconciliation tant le vocabulaire utilisé est similaire. Les responsables politiques sont des « techniciens » qui chercheraient à fuir leurs responsabilités pénales. Les « médias » sont également pris à partie et accusés de pénaliser « la dissidence » en recourant à des formes de « censure », au risque de « voir imposées des formes subtiles de dictature, vraisemblablement pires que celles que notre société a vu naître et mourir dans un passé récent ».

La tribune se conclut par une demande de passe-droit, afin que les offices et messes puissent reprendre en dehors des règles communes et temporaires de non-regroupement. Pour quelles raisons ? «  Cette autonomie et cette liberté sont un droit inhérent que le Seigneur Jésus-Christ lui a donné pour la poursuite de ses propres fins » mais encore : « Les droits de Dieu et des fidèles sont la loi suprême de l’Église à laquelle elle ne veut ni ne peut déroger ». Autrement dit, la loi de Dieu prévaudrait sur la politique publique de l’Etat. L’intégrisme religieux de la tribune est assumé, notamment dans sa conclusion : « Nous sommes tous appelés à évaluer les faits actuels conformément à l’enseignement de l’Évangile. Cela implique de choisir son camp : avec le Christ, ou contre le Christ. Ne permettons pas que des siècles de civilisation chrétienne soient anéantis sous le prétexte d’un virus, en laissant s’établir une tyrannie technologique haineuse dans laquelle des personnes anonymes et sans visage peuvent décider du sort du monde en nous confinant dans une réalité virtuelle. Si tel est le plan auquel les puissants de la terre entendent nous plier, sachez que Jésus-Christ, Roi et Seigneur de l’Histoire, a promis que « les portes des Enfers ne prévaudront pas » (Mt 16, 18) ».

Parmi les signataires nous retouvons :

  • Mgr. Carlo Maria Vigano, archevêque. Il s’est fait connaître en 2018 en accusant ouvertement le Pape François d’avoir couvert des actes d’abus sexuels qui auraient été commis par le Cardinal McCarrick et en demandant en conséquence au Pape François de démissionner. Mgr Vigano est un proche de Benoit XVI qui l’avait promu secrétaire du gouvernement du Vatican. Après avoir été éloigné aux USA, il a finalement été démis de ses fonctions de nonce apostolique aux USA par le Pape François en 2016 après avoir organisé une rencontre « surprise » entre ce dernier et la greffière Kim Davis, l’égérie américaine des anti mariages pour tous. Depuis, Mgr Vigano poursuit son rapprochement avec le camp traditionaliste et ultra-conservateur du Vatican. Dans sa lettre ouverte de 2018 demandant la démission de François, il décrivait déjà de façon complotiste et homophobe un « réseau homosexuel » avec le « pouvoir tentaculaire d’une pieuvre » au Vatican, qui serait responsable d’un renversement du dogme catholique et des scandales de pédophilie dans l’Eglise. Il est également proche du Cardinal Burke, soutien de Donald Trump et opposant au Pape François, qui lui a apporté son soutien suite à cette lettre ouverte.

  • Cdl Gerhard Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, renvoyé en 2017 par le Pape François. En 2019, il publie un Manifeste pour la Foi qui sera salué par la presse traditionnaliste et notamment LifeSiteNews comme une « quasi-correction du pontificat du Pape François ». il y affirme que « Garder le silence sur les vérités de la foi catholique ou enseigner le contraire est une forme de tromperie religieuse qui provient de l’Antéchrist ». Il avait reçu en 2014 la Fraternité Saint Pie X afin d’œuvrer pour un rapprochement avec Rome.

  • Cdl Joseph Zen Ze-kiun, évêque émérite de Hong Kong. Il est en conflit avec le Pape François depuis 2019, date à laquelle le Vatican a passé un accord avec le gouvernement chinois qui placerait l’Eglise sous les ordres du Parti Communiste.

  • Cdl Janis Pujats, évêque émérite de Riga. Il est proche des milieux traditionalistes et milite pour une approche conservatrice du dogme. C’est un opposant à la communion pour les divorcés remariés.

  • John-Henry Westen, rédacteur en chef de LifeSiteNews.com, un site web fondé par le lobby canadien Campaign Life Coalition pour s’opposer aux lois pro-IVG. Le site web publie également du contenu anti-euthanasie et anti-mariage pour tous. C’est sur ce site web qu’a été publiée en 2018 la tribune de Mgr Vigano appelant le Pape François à démissionner, ou encore en 2019 la tribune du prêtre Aidan Nichols critiquant les positions trop « accomodantes » du Pape envers l’avortement, les homosexuels, les protestants ou encore les musulmans.

  • Maître André Bonnet, avocat, fondateur de l’association Promouvoir qui se donne pour objectif de lutter pour « les valeurs judéo-chrétiennes dans tous les domaines de la société (…) et faire obstacle à l’inceste, au viol, à l’homosexualité ». Promouvoir obtient en 2000 l’interdiction du visa d’exploitation du film Baise Moi de Virginie Despentes, puis en 2015 l’interdiction de Love, le film de Gaspar Noé, aux moins de 18 ans.  Une plainte avait été également déposée contre le film La Vie d’Adèle. André Bonnet a été responsable du Mouvement national républicain (MNR, ex-parti de Bruno Mégret) dans le Vaucluse avant de s’investir dans la Manif Pour Tous aux côtés de Frigide Barjot pour dénoncer le mariage pour tous qu’il compare « à la montée du nazisme et du marxisme-léninisme ».

  • Reynald Secher, historien ayant proposé une thèse sur le prétendu « génocide vendéen » pendant la révolution française

  • Michael J. Matt, directeur de The Remnant, un site web proche de la Fraternité Saint Pie X

  • Olivier Figueras, journaliste sur Radio Courtoisie

  • Jean-Pierre Maugendre, délégué général de Renaissance Catholique, association créée en 1988 suite à l’excommunication de Mgr Lefebvre pour soutenir la Fraternité Saint Pie X. Renaissance Catholique participe régulièrement aux « Marches pour la Vie ».

  • L’abbé Guy Pagès, auteur de nombreuse vidéos sur Internet où il dénonce essentiellement l’Islam et l’homosexualité,

  • Steven Mosher, président du Population Research Institute, lobbyiste anti-IVG, notamment auprès du Président George W. Bush. Il a ainsi obtenu la réduction drastique des financements américains auprès du planning familial du fond des Nations Unies. Dans une chronique très partagée sur les réseaux sociaux et publiée sur le tabloïd The New York Post, il affirme sans preuve que le Covid-19 s’est échappé du Laboratoire P4 de Wuhan.

  • Dr Stefano Montanari, directeur scientifique de son laboratoire Nanodiagnostics à Modène. Diplômé en pharmacie, il est un militant anti-vaccins italien : « dans les meilleurs des cas, les vaccins sont parfaitement inutiles. Ils causent généralement des dommages qui ne sont pas rares et irréversibles ». Comme le rappelle le site Conspiracy Watch, concernant le Covid-19, il a déclaré à plusieurs reprises, par exemple sur son site personnel ou sur le site d’extrême droite italien ImolaOggi.it, qu’il s’agissait d’un virus « fabriqué en laboratoire », à rebours de toutes les connaissances scientifiques sur l’origine de ce virus.

  • Mgr Luigi Negri, archevêque émérite de Ferrara-Comacchio

  • Mgr Thomas Peta, archevêque métropolite d’Astana

  • Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana

  • Mgr Jan Pawel Lenga, archevêque émérite de Karaganda

  • Mgr Rene Henry Gracida, évêque émérite de Corpus Christi

  • Mgr Andreas Laun, évêque auxiliaire de Salzburg

  • Prof. Vittorio Sgarbi, critique d’art, essayiste

  • Aldo Maria Valli, journaliste

  • Magdi Cristiano Allam, écrivain

  • Giulio Meotti, journaliste

  • Marco Tosatti, journaliste

  • Claudio Messora, directeur de Byoblu.com

  • Robert Moynihan, écrivain, journaliste

  • Cesare Sacchetti, journaliste

  • Prof. Giorgio Nicolini, directeur de Tele Maria

  • Vittoria Alliata di Villafranca, journaliste, écrivain

  • Maria Guarini, éditeur

  • Prof. Francesco Lamendola

  • António Carlos de Azeredo, éditeur

  • Riccardo Zenobi, écrivain

  • Danilo Quinto, écrivain

  • Jeanne Smits, journaliste

  • Dr Antonietta Gatti, directeur de recherches, Nanodiagnostics laboratory, Modena

  • Prof. Alessandro Meluzzi, psychiatre

  • Prof. Martino Mora, philosophe

  • Prof. Massimo Viglione, historien et essayiste

  • Prof. Elisabetta Sala, enseignant et écrivain

  • Prof. Amadeu Teixeira Fernandes, Georgetown University

  • Alfonso Martone, CNR Italy.