Pourquoi une campagne contre les maires anti-PaCS ?

En menaçant de ne pas appliquer une loi de la République, les maires anti-CUS ont non seulement fait perdre la signature du PaCS en mairie (et donc réservé le statut civil au mariage), mais ils ont fait peser un sentiment d’insécurité à l’encontre de tous les citoyens visés par leur pétition. Comment vivre avec le souvenir de la manifestation d’une incroyable homophobie de plus de quinze mille maires ? Comment garder l’envie de consommer, d’aller se balader dans tous ces endroits synonymes désormais officiellement de haine anti-homos. Tous ces lieux, toutes ces bourgades, toutes ces régions croisées, et parfois aimées, resteront à jamais entâchées de cette manifestation de haine. Du moins jusqu’aux prochaines municipales où un pourcentage non négligeable de citoyens, d’entrepreneurs lésés et de consommateurs pourraient avoir envie de restaurer l’harmonie sociale en présentant la facture à ceux qui ont pris la responsabilité d’une telle déclaration de guerre.


Mettre à diposition la liste

La première réaction citoyenne fut de mettre à disposition des électeurs la liste intégrale des 15032 maires à avoir signé pareille pétition.
Sur le moment, en effet, peu de gens ont eu accès à la liste exact de ces élus. Il a fallu pas mal de pressions pour que le porte-parole de cette opération, Michel Pinton, accepte de la publier sur internet... Pendant quelques semaines et sur un site quasi inaccessible. A ProChoix, nous avons donc pris l’initiative de télécharger cette liste et, après plusieurs mois de travail (de tri croisés), nous avons entrepris de la vérifier. Moralité : au lieu des 19 000 annoncés, et après avoir retiré du nombre les adjoints ou les maires de communes de 0 habitant, nous avons apporté la preuve qu’ils n’étaient que 15032 (dont une immense majorité de maires de toutes petites communes).
Une fois analysée, la liste a été intégralement publiée dans le livre de Caroline Fourest et Fiammetta Venner (Les anti-PaCS ou la dernière croisade homophobe, voir ci-contre). Depuis des centaines de citoyens s'en sont saisi pour demander des explications à leur maire, à l'occasion d'un marché ou d'une réunion familiale...
Dommage pour les maires anti-PaCS... Ils pensaients sûrement pouvoir se faire un petit plaisir homophobe tout en conservant l’anonymat, persuadés qu’ils étaient que personne n’irait publier une liste aussi longue. Voilà qui est fait. L’avenir dira s’ils ont eu raison de croire pouvoir si grossièrement mépriser toute une partie du corps électoral sans en assumer les conséquences.



Interpeller ces maires

En collaboration avec de nombreuses associations et individus (voir quelques exemples de nos partenaires), nous avons tenté d'interpeller un maximum des 15032 maires sur leur signature au bas de cette pétition. Que ce soit par le biais de lettre type ou personnalisées, toujours dans l'objectif de leur demander de façon polie mais ferme quelle était aujourd'hui, avec leur recul, leur position.

Au 1er février 2001, après deux ans de campagne, nous avons interpellés par courriers tous les maires de la Région parisienne (ProChoix-Paris), du Midi-Pyrénées (ProChoix-Toulouse), de Provence-Alpes Côté d'Azur (ProChoix-Marseille), de la Gironde (ProChoix-Paris), de Meurthe-et-Moselle (ProChoix-Paris), de Vendée (ProChoix-Paris), la plupart des maires de Loire-Atlantique (Centre lesbien et Gay de Nantes) et environ 3000 maires disséminés sur tout le territoire. Une campagne est en cours en Rhône-Alpes (Act-Up Lyon)...

En dehors des mailings, certaines associations comme le CLG de Nantes ont distribué des tracts dans les boîtes aux lettres de certaines communes. L'un d'eux reprend un dessin de ProChoix, et signale : "Dans votre commune, les couples homosexuels sont indésirables à la mairie". Ils ont permis de récolter quelques lettres anonymes d'une homophobie fort instructive (voir les courriers d'insultes homophobes)


Notre action à la veille des municipales

A un mois et demi des municipales, ProChoix a décidé de renforcer sa campagne :

1)
En mettant à disposition la liste intégrale des maires anti-PaCS par le biais de ce site

2) En envoyant un mailing supplémentaire à quelque 3000 élus anti-PaCS se représentant aux municipales

3)
En diffusant des "kits de campagne contre les maires anti-PaCS" contenant un argumentaire, des tracts, un courrier type et des extraits de réponses

4)
En intensifiant la campagne contre les candidats de droite parisiens a avoir signé la pétition, notamment en distribuant des tracts sur les marchés.


MENU

Enquête sur la pétition
Le bêtisier des déclarations de maires
la carte des maires
Profils des signataires
Notre campagne
Conseils pour participer
Les échanges de courriers avec les maires
Le Hit des insultes homophobes
Nos partenaires
Votre maire a-t-il signé ?

RETOUR AU SOMMAIRE DU DOSSIER


Une campagne de

Page d'acceuil - Revue - Catalogue Ata - Abonnement - Librairies - News - Association - Historique - Actions - Edition - Films - Centre de doc - T-shirts- Liens

© www.prochoix.org