Monsieur l'Ambassadeur,



Je suis particulièrement révolté quand je prends connaissance des charges qui sont reprochées à Amina.



Je regrette, compte tenu des informations pertinentes de mes contacts à Kairouan, de vous préciser que ces accusations sont fausses et exagérées de façon à aggraver les charges qui pèsent sur ma protégée.



1) Profanation de tombes: FAUX Seul un muret extérieur au cimetière a été souillé. C'est loin d'être comparable aux destructions , à l 'incendie de 51 mausolées et à la profanation des ossements des saints par les salafistes, les enfants chéris de Mr GHANNOUCHI.



2) Atteinte à la pudeur: FAUX Amina ne s'est pas dévêtue.



3) En possession d'un engin explosif: FAUX et exagéré . Amina était en possession d'un vaporisateur de défense, bien utile en Tunisie pour une femme seule et spécialement visée comme l'est Amina dans les circonstances actuelles.



4) Association de malfaiteurs: totalement FAUX . Il faut vraiment être de mauvaise foi pour lui faire ce reproche. Tous les médias ont informé la population et les autorités, depuis de nombreux jours, des appels lancés par les salafistes et les organisations liées à Al -Quaïda, de se rendre à Kairouan, ne cachant pas leurs intentions d'y créer le chaos et l'anarchie. Ce n'est pas pour Amina que que le nouveau Ministre de l'Intérieur avait, dès la veille, mobilisé l'armée et les forces de l'ordre. Il faut être gonflé pour en sortir une pareille.



Je prie maître Carl Panayotou d'adresser mon témoignage auprès de la Cours Européenne des Droits de l'Homme et de la Justice.

Avec mes regrets, je prie d'agréer, Monsieur l'Ambassadeur, mes sentiments déférents.



Lucien BELVAUX Observateur civil pour l'Institut International pour la Paix, la Justice et les Droits de l'Homme.