Monsieur le Ministre,
Monsieur le Recteur,

En octobre dernier, Philippe Isnard, professeur d'histoire, géographie, et instruction civique a projeté "No need to argue" (« Inutile d'argumenter ») devant des élèves de seconde, âgés de 14 à 16 ans, au lycée des Iscles à Manosque.
Ce film sensationnaliste prétend montrer diverses procédures d’avortement. Se succèdent en musique des images, sans lien entre elles, mais toutes plus horribles les unes que les autres, de fausses couches sanglantes, de fœtus mis en pièce, et de cadavres d'enfants morts-nés. Les adultes qui ont pu voir le film en sont sortis avec un sentiment de révolte et de dégout. Imaginez ce qu'ont ressenti les adolescents.

Notamment les filles. Certaines ont voulu sortir et en ont été interdites par le professeur (qui leur a enjoint d'aller au fond de la classe).
Comment supporter l'idée que cet individu puisse à nouveau, sous prétexte d’instaurer un « débat », soumettre des jeunes adolescents à ce type d’épreuve ?

L'avortement et la dénonciation de la loi Veil n'est pas le seul thème abordé pendant ses cours. Prônant la doctrine catholique comme supérieure à tout, il présente la pilule ou le stérilet comme des moyens abortifs qu’il faut proscrire. Il affirme que le préservatif, loin de protéger des maladies sexuellement transmissibles, encourage les comportements à risque et donc la transmission du SIDA. Il stigmatise le rôle du Planning familial, dont les subventions seraient mieux placées selon lui pour subvenir aux besoins des mères en détresse et des enfants non désirés. Tout cela lorsqu'il travaille dans un établissement public et laïque.

Aujourd'hui, à la suite de protestations, Philippe Isnard a été suspendu pour 4 mois (avec maintien de son salaire) afin que soit menée une enquête administrative.

Il explique dans les interviews qu'il donne qu'il va utiliser son temps libre à diffuser ses idées. Depuis il s’exprime sur des sites anti-avortement de l'extrême droite catholique.

Dans ces conditions peut-on imaginer qu’il revienne d’ici quelques semaines devant des élèves, à Manosque ou ailleurs? Il ne nous paraît pas tolérable que l'éducation nationale laisse se développer ce type de comportement, signalé depuis plusieurs années et dans plusieurs établissements. Nous exigeons que toutes les mesures soient prises pour que plus aucun lycéen, plus aucune lycéenne n’en soit victime.

Nous demandons la révocation définitive de Philippe Isnard

Courrier à envoyer à

• Luc Chatel Ministre de l'éducation nationale 61-65, rue Dutot 75732 Paris Cedex 15 mediateur@education.gouv.fr

• Académie d'Aix Marseille Place Lucien Paye 13621 Aix-en-Provence cedex 1 mediateur@ac-aix-marseille.fr 0040533h@ac-aix-marseille.fr

• Les mises à jour sur ce dossier seront sur le site de prochoix :
http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2010/12/21/2323-manosque-nous-demandons-la-revocation-definitive-de-philippe-isnard