Axel de Boer a une ambition : celle d'amener un "projet chrétien de Civilisation de l’Amour" au sein de la France et de l’Europe. Aussi conduit-il une liste Chrétienne en Ile-de-France pour les élections régionales, le programme étant inspiré par le droit naturel, la doctrine sociale de l'Église et ce qu’il nomme le « respect de la vie ».

Un parti pro-vie en France

"Cher visiteur, je me présente. Je m'appelle Axel de Boer et j'habite à Paris. Je suis né le 6 avril 1970 à Bordeaux d'un père néerlandais, professeur d'Econométrie à l'Université Erasme de Rotterdam, et d'une mère française licenciée en Philosophie. Après un parcours heurté entre ces deux pays, je découvre l'Histoire et la Poésie. Une rencontre avec une femme souffrant du syndrome post-abortif me fait saisir l'ampleur du drame de l'avortement. D'abord motivé par la question de l'enfant de cette femme, je demande et obtiens, de mon évêque et de Rome, la célébration d'une messe pour confirmer le baptême de Désir. Je milite ensuite pour élargir cette ouverture." (1)

Le ton est donné pour ce candidat qui aurait pour mission de lutter contre l'IVG. "Dans le même temps je commence une réflexion personnelle sur la notion de représentation dans l'histoire. Conscient que la Civilisation de l'Amour et de la Vie ne peut advenir sans élaborer un chemin concret, je tente de le penser. Je rédige pour moi-même deux essais, l'un portant sur l'idée de noblesse au XXIème siècle et l'autre sur la fondation concrète de la Civilisation de l'Amour. Je prépare actuellement un livre sur le projet de Solidarité. Par ailleurs, je rassemble mes œuvres poétiques en deux recueils. Certains de ces poèmes ont obtenu un prix. Ces documents non aboutis représentent des étapes de réflexion. En septembre 2007, je fonde La Rose Blanche, petit mouvement pro-Vie, qui distribue sous ce nom, à ce jour ( NDLR : le 31 mai 2008 ) 50.000 tracts. Les nombreuses et diverses réactions reçues au cours de ces distributions me font comprendre les ouvertures existantes comme des obstacles, dont le principal est l'assimilation des Pro-Vie à l'extrême droite. Je réalise aussi l'ampleur des attaques contre la Vie et la multitude de terrains sur lesquels sont livrés, de manière séparée, un véritable front de combats. Je prend conscience de l'urgence de créer des structures d'unité pour ces combats sectoriels. De sa rencontre avec le projet Solidarité au congrès de Paris en janvier 2008, je décide de m'investir dans la création d'un parti pro-Vie en France. Choisi comme président, je travaille à élaborer une stratégie politique construite sur une réflexion commencée depuis plus de vingt ans."

Un programme de lutte contre l'IVG

Les résolutions de la Liste chrétienne sont définies non seulement comme une alternative à l’IVG mais aussi comme une sorte de programme de lutte contre l’ensemble des droits féminins : favoriser "dans les hôpitaux, les alternatives à l'avortement", présenter dans les établissements scolaires "une prévention de l'avortement" et promotionner "la création de crèches dans les facultés et les lycées".

La stratégie a changé depuis les actions coup de poing à la manière Xavier Dor où les militants anti-avortement s’enchaînaient illégalement dans les centres hospitaliers. Mais les revendications contre la loi Veil et toute mesure qui l’accompagne ont toujours la même teneur: remise en cause de la loi jugée quasiment "terroriste", théorie d’un complot émanant d’associations comme le Planning familial, culpabilisation et coercition exercées à tout niveau social.

Il s'agit alors de canaliser le "vote chrétien" qui, selon Boer, "se détache des partis traditionnels". Ce malgré un score de 0,15 % aux élections européennes. (2) Se définissant "ni de droite, ni de gauche, ni du "centre", ce candidat confessionnellement déclaré ne voit aucune contradiction entre ses revendications d'ordre religieux et son engagement politique. Etre "chrétien est un positionnement politique en lui-même, différent de la droite, de la gauche ou du centre" puisque "les chrétiens ont une façon de penser le XXIème siècle, nous voulons être porte-parole de ce projet de société en France aujourd’hui".

Une alternative prétendument chrétienne à la pensée unique

Boer est président de Solidarité, un parti politique fondé en mai 2008 sur l’approche sociale chrétienne définie dans la doctrine sociale de l’église catholique. Se réclamant "de pensée à valeur universelle", il revendique aussi le "thème politique de la Vie" et de "la personne humaine sans laquelle la Vie devient une approche spécienne". (3) "L’avortement tue chaque année plus de gens que toute la seconde guerre mondiale, soit 150.000 enfants par jour. La faim tue 100.000 personnes par jour. Or, ce sont deux fléaux politiques parfaitement évitables, que l’on ne combat pas au nom d’un malthusianisme de cauchemar. Ce ne sont que deux exemples du mal que nous affrontons."

Si le discours somme toute rétrograde semble rester "light" dans le cadre régional, il peut prendre tour à tour un aspect sacrément révisionniste. "Considérer comme un crime le droit de vie et de mort sur nos enfants n’est pas une opinion mais une vérité" affirme-t-il dans un interview accordé au blog Le guépard, le journal d'information politique de la jeunesse française. "La vérité est que l’avortement est un crime contre l’Humanité. Il viendra un temps où nous enfants regarderons notre époque avec le même sentiment d’horreur que nous regardons le temps de nos grands-parents : comme une telle époque a pu même être possible?" On trouve encore plus d'élan mâtiné de mysticisme fondamentaliste dans un discours de mars 2010 prononcé en Belgique et relayé par des sites intégristes chrétiens dont e-deo.typepad.fr et mamanpourlavie.com. "La victoire ne sera pas facile, mais elle n’est pas aussi lointaine que vous le croyez" martèle le représentant de la liste Chrétienne. "La victoire est à portée de main pourvu que nous ayons la foi, car la foi transporte les montagne et moi je crois qu’il est possible de dire : montagne de sang de l’avortement, déracine toi et va te jeter dans la mer ! Je crois qu’il est possible de dire à ce monde : laisse partir mon peuple, laisse vivre mon peuple !" (4)

Une liste contre les droits des femmes

Axel de Boer prétend susciter un débat au même titre que l'écologie par une liste régionale, mais sa vocation pro-vie revêt un aspect nettement plus militant. "C’est par des votes imposés par le haut que se construit l’offensive contre l’Homme. La loi a un caractère normatif, elle transforme en "bien" ce qui est "mal" aux yeux des gens. Si nous ne sommes pas présents en politique, si nous ne dégageons pas des partis existants une culture de vie, nous sommes condamnés à nous battre contre, et donc à échouer."

En reposant sans cesse le problème de l’avortement dans les débats politiques, cette liste anti-ivg compte petit à petit battre en brèche les droits fondamentaux français en matière de reproduction.

Nathalie Szuchendler

(1) - http://www.solidarieta.biz/documenti/DeBoer.html

(2) - http://www.riposte-catholique.fr/?p=3494

(3) - http://leguepard.wordpress.com/2010/06/03/interview-axel-de-boer/

(4) - http://e-deo.typepad.fr/mon_weblog/2010/03/mplv-2010-de-bruxelles-lallocution-daxel-de-boer.html

Voir aussi :

http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/?q=anti-ivg