30 juillet 2009

Dans la nuit de dimanche à lundi dernier, trois jeunes fervents catholiques, un frère aîné et ses deux sœurs, ont censuré une œuvre d’Ernest Pignon-Ernest affichée sur la façade de la cathédrale de Montauban. Depuis le 3 juillet et dans le cadre de l’exposition « Ingres et les modernes », deux anges monumentaux réalisés par l’artiste, inspirés du Vœu de Louis XIII d’Ingres, recouvrent la façade du lieu de culte. Armés de balais, de papier journal et de colle, les trois jeunes gens ont tenté, en pleine nuit, de recouvrir le sexe féminin des anges, afin de « les rendre décents ». Ils ont finalement été arrêtés par la police alertée par les caméras de vidéo-surveillance, avant d’avoir pu recouvrir le sexe du deuxième ange. La famille traditionnaliste dont ils sont issus avait déjà fait part de son mécontentement à l’évêché, puis à la mairie, propriétaire de la façade de la cathédrale. En vain. Les trois catholiques considèrent l’œuvre d’Ernest Pignon-Ernest comme une attaque directe à leur culte, puisque le concile de Nicée II en 787 déclarait les anges asexués, car sans corps. Le peintre Ernest Pignon-Ernest s’étonne de cette censure de la part de ces jeunes Français, alors que ses portraits du poète Mahmoud Darwish, reproduits sur de nombreux murs en Palestine, ont été récemment lacérés par des religieux. Après la Russie et la Grèce, c’est la troisième fois en dix jours que l’art est censuré par la religion chrétienne.

Lucille Igersheim

http://www.connaissancedesarts.com/peinture-sculpture/actu/articles/oeuvres-expositions/breves/des-anges-dernest-pignon-ernest-censures-a-montauban.html