Dans sa volonté de rassembler tous les catholiques sous son "toit", Benoît XVI a franchit une étape de plus en prenant la responsabilité d'annuler l'excommunication des quatre évêques intégristes ordonnés par Marcel Lefebvre. En 1988, ce dissident de l’Eglise tentait de donner une succession à son "œuvre" qu’il voulait armer lui-même d’évêques. Dans ce cadre et contre la législation du Vatican, il décida d’ordonner lui-même quatre prêtres traditionalistes : Richard Williamson, Bernard Tissier, Alfonso de Galarreta et Bernard Fellay. Ce dernier avait d’ailleurs été pressenti pour succéder au gourou comme représentant de la Fraternité Saint-Pie X fondée en 1970 par l'évèque Lefebvre. A l’époque, le cardinal Ratzinger avait en charge la Congrégation pour la doctrine de la foi, un organisme du Vatican autrefois appelé Saint-Office. Gardien vigilant de l’orthodoxie, Ratzinger avait participé lui-même à la recentralisation des pouvoirs décisionnels en faveur de la curie romaine sous la houlette de Jean-Paul II.

Les traditionalistes rentrent à la maison

L'acte "rédempteur" de Benoît XVI marque le retour des catholiques fondamentalistes dans le giron de l’Eglise. C’est en tout cas ce que révèle le journal italien "Il Giornale" et ce que certifie "La Croix", un décret étant en court de publication d’ici la semaine prochaine. Les revendications principales des lefebvristes, à savoir la possibilité de célébrer selon la liturgie traditionnelle et la levée de l'excommunication, sont ainsi vœux exhaussés. En effet, Benoît XVI avait autorisé par un motus proprio en juillet 2007 l’usage du missel de Saint Pie V, à savoir la messe en latin issue du Concile de Trente (1545-1563). Ce rituel ne se réduit pas seulement à un problème de langage adopté pendant l’office, mais concerne une série de pratiques intégristes : combattre l'œcuménisme, apporter la vérité aux non-catholiques, prier pour que les juifs se convertissent, croire à la supériorité de la loi divine. Adeptes d'une identité chrétienne en butte aux fléaux du "modernisme", les fidèles traditionalistes de feu Mgr Lefebvre ne côtoient d’ailleurs que des associations ou des partis qui partagent les dogmes de l’Eglise. On ne s'étonnera pas alors de leur participation aux divers mouvements d'extrême-droite dont les revendications identitaires et provie coincident avec les dogmes prônés par la Fraternité Saint-Pie X. (1)

L'évêque négationiste s'est exprimé

Pendant que Benoît XVI tracte le retour des catholiques intégristes en levant l'excommunication des quatre évêques lefebvristes, l'un d'entre eux nie l'existence des chambres à gaz d'après l'émission suèdoise "Uppdrag gransning" (Mission investigation). (2) "Je pense que 200 000 à 300 000 juifs ont péri dans les camps de concentration, mais pas un seul dans les chambres à gaz" déclare Richard Williamson. Et de préciser dans cette émission retransmise en différé ce mercredi 21 janvier : "Il y a certainement eu une grande exploitation. L'Allemagne a payé des milliards et des milliards de deutschemarks et à présent d'euros parce que les Allemands souffrent d'un complexe de culpabilité pour avoir gazé six millions de juifs, mais je ne crois pas que six millions de juifs aient été gazés". Cette interview de novembre 2008 avait été réalisée en Allemagne, où les propos révisisonnistes constituent un délit. Aussi le prélat s'était-il inquièté de la diffusion immédiate de l'information. "Attention, c'est contre la loi allemande, si quelqu'un se trouvait ici, on me jetterait en prison avant que je ne quitte le pays, j'espère que ce n'est pas votre intention". Au Canada, l'évèque agé de 68 ans avait déjà tenu des propos négationnistes : "Pas un seul juif n'a été tué dans les chambres à gaz. Ce sont des mensonges". Outre ses propos néonazis, on rappelera que Williamson et la F.S.S.P.X avaient exprimé toute leur sympathie pour le nouveau pape Benoît XVI. (3)

La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie-X, à laquelle appartient l'évêque négationniste, revendique 35 000 fidèles en France (4), et 200 000 dans les 55 pays où elle est implantée. Ses 120 prêtres français exercent dans 177 lieux de culte, tandis que 41 écoles, un institut universitaire, un séminaire et une maison de retraite sont administrés par ce mouvement. Bien que minoritaire parmi environ un milliard de catholiques, la toile tissée par la F.S.S.P.X pourrait être un argument de masse dans ses tractations avec un pape dont la volonté d'évangéliser le monde jalonne de manière décomplexée l'ensemble des discours.

(1) http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2006/11/01/977-extreme-france-les-mouvements-frontistes-nationaux-radicaux-royalistes-catholiques-traditionalistes-et-pro-vie-en-france

(2) http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/benoit-xvi-va-t-il-rehabiliter-un-eveque-negationniste_735336.html

(3) http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2005/04/21/258-un-eveque-integriste-de-mgr-lefebvre-eprouve-de-la-sympathie-pour-le-nouveau-pape

(4) http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2007/09/29/1750-le-vatican-officialise-la-mouvance-traditionaliste-en-france

Nathalie Szuchendler

Pour en savoir +, lire Les nouveaux soldats du pape de Caroline Fourest et Fiammetta Venner http://nouveauxsoldatsdupape.wordpress.com/