Tout récemment, le Vatican a montré son vrai visage en s'opposant fermement à toute dépénalisation de l'homosexualité dans des pays où être homosexuel signifie souvent la mort. Toute à son intolérance, il est donc logique que l'Eglise catholique continue, dès qu'elle en a l'occasion, à mener la charge contre le mariage homosexuel et, plus largement, contre toute évolution des moeurs dans la société.
Dimanche, l'Eglise espagnole a donc soutenu un rassemblement pour la famille traditionnelle avec en ligne de mire la légalisation du mariage homosexuel et les récentes mesures visant à simplifier le divorce.
Selon les organisateurs qui n'hésitent jamais à surestimer les chiffres, la manifestation aurait rassemblé 1 million de participants. Plutôt quelques dizaines de milliers d'après la police.
Après la lecture d'un message du pape Benoît XVI, l'office a été célébrée par Mgr Rouco Varela et cinq autres archevêques, 22 évêques et plus de 300 prêtres. "Chères familles, ne laissez pas faiblir l'amour, l'ouverture à la vie et les liens incomparables qui unissent vos foyers. Le pape est à vos côtés", a fait savoir le souverain pontife. L'archevêque de Madrid Antonio Maria Rouco Varela d'ajouter, non sans une certaine intolérance culturelle, que "l'avenir de l'humanité dépend de la famille, de la famille chrétienne". Et les familles autres que chrétiennes ? Ce ne sont pas des familles ?
En octobre dernier, c'était encore et toujours contre le droit à l'avortement que l'extrême droite catholique défilait à Paris pour la 4ème édition de la Life Parade, manifestation pensée à la base pour défendre la famille traditionnelle catholique. Vantée pour avoir rassemblé quelques milliers de personnes, la Life Parade édition 2008 ne comptait tout au plus que quelques centaines de manifestants c'est-à-dire même pas de quoi remplir la place Saint Sulpice où le cortège s'était donné rendez-vous.
La « parade » valait pourtant le détour puisque l'extrême-droite catholique s'est appropriée les thèmes de l'écologie pour défendre son concept du « respect de la vie depuis la conception jusqu'à la mort naturelle ». C'est en effet sous le slogan « bébés, pandas même combat ! » que les manifestants ont fait valoir leur refus du droit à l'avortement et des moyens de contraception. A les écouter, les bébés seraient une espèce en voie d'extinction comme les pandas. Ne restent-ils que 600 bébés sur terre tout comme nos 600 malheureux pandas qui se baladent encore dans la nature ? On a du mal à le croire ...

Caroline Brancher