Le 22 décembre 2008, Kemi Seba, fondateur du groupuscule noir radical Tribu Ka, sera jugé en comparution immédiate devant la 23e chambre correctionnelle de Paris pour "violences volontaires en réunion" après l'agresison d'Ahmed Meguini, vidéaste et auteur d'un film critique sur sa vie.

Ahmed Meguini marchait rue de Clignancourt lorsque Kemi Seba et plusieurs de ses gros bras l'ont reconnu. A court d'arguments, ils ont frappé le réalisateur et un ami qui se trouvait avec lui. L'incident se déroulait à proximité d'un poste de police, qui est intervenue rapidement et a surpris l'agression en flagrant délit.

Ahmed Meguini a reçu des coups au visage, à la jambe et au bras, ce qui lui a valu sept jours d'Incapacité totale de travail (I.T.T.). Kemi Seba, de son vrai nom Stellio Capochichi, est en garde à vue. Il a été déféré dimanche soir devant le parquet de Paris avec trois autres personnes soupçonnées d'avoir également participé à l'agression.

Cette fois, ses peines de sursis pourraient le rattraper. Kemi Seba a été condamné début novembre en appel à un an de prison avec sursis et 18 mois de mise à l'épreuve pour avoir reconstitué son groupuscule Tribu Ka, dissous en 2006. Il a aussi été condamné en octobre par le tribunal correctionnel de Paris à 4 mois d'emprisonnement avec sursis pour diffamation raciste.

Il est défendu par Isabelle Coutant-Peyre, collaboratrice de Jacques Vergès.