POUR PROTESTER CONTRE LA PÉNALISATION DE LA TRANSMISSION DU VIH

En ce 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le sida, une quinzaine de militantEs d'Act Up-Paris ont déployé une banderole : « sida - ni coupables, ni victimes Â» sur les marches du palais de justice de Paris aux cris de « pas de juges dans nos lits Â». Par cette action, Act Up-Paris proteste contre la multiplication des procès liés à la pénalisation de la transmission sexuelle du V.I.H., comme l'illustre encore aujourd'hui à Orléans l'ouverture d'un procès aux assises - une première dans les annales. La lutte contre le sida n'a rien à gagner dans ces procès, aux conséquences catastrophiques en termes de santé publique.

Pour Act Up-Paris, on ne lutte pas contre le sida en traînant des séropositifVEs devant des tribunaux puis en les jetant en prison. La pénalisation de la transmission du V.I.H. porte atteinte au principe de responsabilité partagée 1. Dans les relations sexuelles, il n'y a pas une personne qui décide ou non de se protéger et une autre qui subit cette décision. Il y a deux personnes - ou davantage - qui décident en toute responsabilité de se protéger ou non, puis assument cette décision solidairement. Dès lors, après une contamination, il n'y a pas davantage un coupable et une victime : il n'y a que des malades qu'il faut soigner.

Communiqué Act Up- Paris