C'est en recevant, ce samedi 17 avril, le conseil supérieur des Œuvres pontificales missionnaires (1) que Benoît XVI a rappelé le devoir - hérité de Jésus d'après les Evangiles – de chacun des croyants de participer à la conversion de tous les êtres humains au christianisme. En effet, les 120 directeurs des Œuvres Pontificales Missionnaires se sont réunis à Rome pour leur conseil supérieur annuel qui se déroule du 15 au 21 mai 2008. L’occasion fut donnée au pape de saluer l’un des organismes de la curie romaine dans sa fonction d’évangéliser “le peuple jusqu’aux extrémités de la Terre” (2)

L’appel pour la paix inter-religieuse de 2007

En octobre 2007, un appel pour la paix était lancé à l’occasion de la IIIème rencontre internationale "Hommes et religions" de la Communauté de Sant’Egidio à Naples (3), où les termes paraissaient explicites : "Nous nous engageons à chercher et à proposer à nos coreligionnaires l’art du vivre ensemble. Ce n’est qu’ainsi que l’unité de la famille humaine sera préservée. Il faut des bâtisseurs courageux dans toutes les cultures, dans toutes les traditions religieuses. Nous avons besoin de la mondialisation de l’esprit qui fait voir ce que l’on ne voit plus, la beauté de la vie et de l’autre, dans toutes les circonstances, même les plus difficiles. Nos traditions religieuses nous enseignent que la prière est une force historique qui fait bouger les peuples et les nations. Humblement, nous mettons cette sagesse ancienne au service de tous les peuples et de tout homme et de toute femme, pour ouvrir un nouvel horizon libéré de la peur et du mépris de l’autre." Benoît XVI avait d’ailleurs salué les "délégations venues de différentes parties du monde pour participer à la Rencontre internationale pour la Paix…" (4) Si le discours laissait entrevoir une vision du monde plutôt communautaire et confessionnelle, le respect des différences culturelles et des coutumes semblait dominer cet appel.

Le devoir de convertir : un droit immuable

Or pour Benoît XVI et le Saint-Siège, il n’est pas question de s’éloigner d’une mission fondamentale capable de parer aux fléaux de toute sorte, aux problèmes sociaux et à la maladie, à l’apocalypse ! Aussi le pape rappelle-t-il à Munich en octobre 2007, lors de son voyage en Bavière, que "l'Église catholique n'est pas une ONG" et "l'évangélisation doit avoir la priorité" (5) Dans une "note doctrinale" du 14 décembre 2007, le Vatican précise à nouveau la mission donnée à tous les croyants “adeptes de Jésus” d'évangéliser les non-catholiques. Adapté à une époque qui voit grandir les avancées des droits fondamentaux pour chaque être humain, la libération des femmes du joug patriarcal, l'affirmation du principe de séparation des sphères cultuelle et politique, cette prescription catholique se transforme en un "droit imprescriptible" au nom de la liberté religieuse "avec ses dimensions éthiques, sociales et politiques" de convertir "toutes les nations" non-chrétiennes et non-catholiques. Tout en revendiquant la volonté de proposer aux brebis égarées de renaître et la nécessité de sauver l’humanité du mal, Benoît XVI se défend de pratiquer du prosélytisme. Sous prétexte que "les deux mots clé de l’évangélisation sont : annonce et dialogue." "car le monde n’est plus uniforme." "Ainsi, en nous, la foi devient raison, elle devient raisonnable. La méditation de l’Evangile et ici l’annonce, l’homélie, la catéchèse, pour rendre les personnes capables de penser la foi, sont déjà des éléments fondamentaux dans ce mélange entre dialogue et annonce" (6)
Alors que chacun de ses voyages, que ce soit en Amérique latine, au Brésil, en Allemagne, en Autriche, aux Etats-Unis, lui permet de divulguer avec force la doctrine de l'Eglise et d'invoquer sa vocation missionnaire en guise de solution aux problèmes économiques et sociaux qui peuvent gangrener certaines populations. Est-ce un "droit imprescriptible" de condamner l'utilisation du préservatif face au VIH considéré comme un "châtiment divin" ? De fustiger l'avortement jusqu'à demander de sanctionner Amnesty International pour sa prise de position en faveur de la dépénalisation de l'IVG ?

L’évangélisation plutôt que l’autonomie de chaque humain

La religion plutôt que le social reste le credo incontournable de l’idéologie évangélisatrice construite par le Vatican, en direction de sociétés dont il considère qu’elles nécessitent l’action de prêtres plutôt que d’éducateurs et de personnels soignants, la prière et l’austérité en guise de substitut économique. D’autant plus qu’en appelant à l’expansion légitime de l’Eglise via chaque catholique, l’ancien cardinal Joseph Ratzinger réitère une vision particulière du "vivre-ensemble" inter-religieux où l’égard pour les autres confessions courtise le béguin pour les âmes perdues.


Nathalie Szuchendler



(1) www.mission.cef.fr/rubrique1.html : "Les Œuvres Pontificales Missionnaires – Coopération Missionnaire sont un service de l’Eglise catholique qui a pour objectif de développer l’animation missionnaire des communautés et de favoriser les échanges entre les communautés d’ici et d’ailleurs, par la prière, par l’information sur la vie des Eglises locales, par l’envoi et l’accueil de témoins au service de la Mission, par le partage financier entre Eglises du monde. Plus de 1500 diocèses sur les 5 continents reçoivent, par les Œuvres Pontificales Missionnaires Internationales, l’aide nécessaire à leur mission d’évangélisation."
(2) http://mission.cef.fr/article2138.html
(3) http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2007/11/03/1803-une-rencontre-inter-reli.
(4) http://www.zenit.org/article-16455?l=french
(5) http://www.lefigaro.fr/international/20060911.FIG000000156_benot_xvi_prefere_l_evangelisation_a_l_activisme_social.html
(6) http://news.catholique.org/15493-benoit-xvi-comment-evangeliser-en-terre-de

Voir aussi : http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2007/05/24/1602-les-conseils-de-benoit-xvi-profiter-de-l-immigration-pour-evangeliser
Et
http: //www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2006/09/21/863-quelques-remarques-au-sujet-du-pape-de-l-islam-et-du-figaro-fiammetta-venner