La militante des droits des femmes Khadijeh Moghaddam a été arrêtée par les forces de sécurité le 8 avril alors qu’elle se trouvait chez elle, à Téhéran. Accusée de « propagande contre l’État, perturbation de l’opinion publique et agissements contre la sécurité nationale Â», elle est détenue au centre de détention de Vozara à Téhéran. Amnesty International pense que cette femme est une prisonnière d’opinion détenue uniquement pour avoir mené des activités pacifiques en faveur de l’égalité des droits entre hommes et femmes en Iran. Khadijeh Moghaddam participe activement à la Campagne pour l’égalité, qui vise à recueillir un million de signatures iraniennes sur une pétition demandant l’abrogation des dispositions juridiques discriminatoires envers les femmes. Elle a été arrêtée à 11 heures du matin par des membres des forces de sécurité qui se sont introduits chez elle par la force. Ceux-ci ne lui ont montré son mandat d’arrêt qu’au terme d’une longue dispute. Khadijeh Moghaddam a été conduite à Eshrat Abad (également connue sous le nom de Prison 59), une base des pasdaran (gardiens de la révolution) à Téhéran ; elle y a été interrogée plusieurs heures au sujet de sa participation à la Campagne pour l’égalité, avant d’être traduite devant un juge d’instruction du tribunal révolutionnaire de Téhéran. Le magistrat l’a à son tour questionnée puis inculpée, fixant sa caution à un montant équivalent à environ 70 000 euros

Khadijeh Moghaddam a parlé avec sa famille et ses amis en attendant son transfert au centre de détention de Vozara. Elle leur a dit que son arrestation était due au fait qu’elle avait accueilli chez elle des réunions de la Campagne pour l’égalité, et que le juge d'instruction lui avait demandé de révéler l’identité de sept ou huit membres de la Campagne ayant participé à ces rassemblements. Plus tard, Khadijeh Moghaddam a déclaré au juge qu’elle n’était pas en mesure de payer le montant de sa caution. Selon une déclaration de militants de la Campagne pour l’égalité, le juge aurait indiqué que Khadijeh Moghaddam resterait en prison une semaine, avant de comparaître pour un nouvel interrogatoire devant le tribunal, lors duquel on lui donnerait une autre possibilité de fournir les noms des membres de la Campagne et de régler sa caution. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle avait à dire pour sa défense, Khadijeh Moghaddam aurait déclaré : « mon mode de vie représente ma défense Â».

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Des dizaines de militants et de sympathisants ont été arrêtés parce qu’ils menaient des activités dans le cadre de la Campagne pour l’égalité, comme le recueil de signatures pour la pétition visant à en finir avec la discrimination contre les femmes dans la législation iranienne. En janvier 2008, le site Internet de la Campagne avait déjà été bloqué au moins sept fois par les autorités (voir http://www.change4equality.com 1). Celles-ci ont fréquemment refusé d’autoriser la tenue de réunions publiques et les militants de la Campagne ont pris l’habitude d’organiser leurs ateliers chez des sympathisants, dont certains ont ensuite reçu des appels de menaces provenant manifestement de responsables de la sécurité, ou ont été convoqués pour être interrogés. Au moins un de ces ateliers a été dispersé par la police au moyen de la force. Les personnes présentes ont été arrêtées, et certaines battues.
Deux femmes, Ronak Safarzadeh et Hana Abdi, restent détenues à Sanandaj, dans la province du Kurdistan en raison de leur participation à la Campagne pour l’égalité.

ACTION RECOMMANDÉE : dans les appels que vous ferez parvenir le plus vite possible aux destinataires mentionnés ci-après (en persan, en arabe, en anglais, en français ou dans votre propre langue) : - déclarez-vous préoccupé par l'arrestation de Khadijeh Moghaddam en raison de ses activités pacifiques en faveur de l'égalité des droits entre hommes et femmes en Iran ; - exhortez les autorités à la libérer immédiatement et sans condition, car il s’agit d’une prisonnière d’opinion ; - priez-les de veiller à ce que cette femme soit autorisée sans délai à entrer régulièrement en contact avec sa famille et l’avocat de son choix et à ce qu’elle soit protégée contre toute forme de torture ou d’autres mauvais traitements pendant sa détention.

APPELS À : Responsable du pouvoir judiciaire : His Excellency Ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi Howzeh Riyasat-e Qoveh Qazaiyeh / Office of the Head of the Judiciary Pasteur St., Vali Asr Ave., south of Serah-e Jomhouri, Tehran 1316814737, République islamique d'Iran Courriers électroniques : info@dadgostary-tehran.ir 2 (dans le champ réservé à l’objet, veuillez écrire : « FAO Ayatollah Shahroudi Â») Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur,
Ministre du Renseignement : Gholam Hossein Mohseni Ejeie Ministry of Intelligence, Second Negarestan Street, Pasdaran Avenue, Téhéran, République islamique d'Iran Formule d’appel : Your Excellency, / Monsieur le Ministre,
Guide spirituel de la République islamique d'Iran : His Excellency Ayatollah Sayed ‘Ali Khamenei, The Office of the Supreme Leader Islamic Republic Street - Shahid Keshvar Doust Street Téhéran, République islamique d'Iran Courriers électroniques : info@leader.ir 3 Formule d’appel : Your Excellency, / Excellence,
COPIES À : Président de la République : His Excellency Mahmoud Ahmadinejad The Presidency Palestine Avenue, Azerbaijan Intersection Téhéran, République islamique d'Iran Fax : + 98 21 6 649 5880 Courriers électroniques par l’intermédiaire de son site Internet : http://www.president.ir/email/ 4
Chef du Comité des droits humains au sein du pouvoir judiciaire : His Excellency Mohammad Javad Larijani C/o Office of the Deputy for International Affairs Ministry of Justice, Ministry of Justice Building, Panzdah-Khordad (Ark) Square, Téhéran, République islamique d'Iran Fax : + 98 21 5 537 8827 (Merci de vous montrer persévérant)

Ambassade de la République islamique d’Iran Avenue Franklin Roosevelt 15 1050 Bruxelles Fax : 02.762.39.15 Email : secretariat@iranembassy.be 5

PRIÈRE D'INTERVENIR IMMÉDIATEMENT. APRÈS LE 22 MAI 2008, VÉRIFIEZ AUPRÈS DE VOTRE SECTION S'IL FAUT ENCORE INTERVENIR. MERCI.