Le 26 mars prochain, un procès opposera Fiammetta Venner et Jean-Marie Le Pen. Ce dernier porte plainte pour injure. Il n'aurait "jamais levé la main sur une femme".

Dans un article paru dans l’hebdomadaire « Le Point » n°1781 du 2 novembre 2006, Fiammetta Venner était interviewée sur son livre "Extrême France. Mouvements frontistes, nationaux-radicaux, royalistes, catholiques traditionalistes et pro-vie en France".
Au sujet de la campagne présidentielle, F. Venner déclare : « vieilli, Le Pen a perdu de sa verve et il est presque difficile de se souvenir du Le Pen castagneur de « femmes et de cocos » à la corpo de droit »
Dans un premier temps, Jean-Marie Le Pen demande, et obtient un droit de réponse : « Madame Venner dit « Le Pen castagneur de femmes et de cocos à la corpo de droit ». S’il m’est arrivé d’affronter les communistes qui tenaient, après la Libération, le haut du pavé au quartier Latin, je n’ai jamais levé la main sur une femme. (…). Je précise que j’ai déposé contre Madame VENNER une plainte en diffamation ».
Aucune plainte en diffamation n'a été déposée, en revanche une plainte pour injure publique envers un particulier a été déposée. Ce qui met Fiammetta Venner dans l’impossibilité de s’exonérer en rapportant la preuve de la vérité des faits allégués tandis que Jean-Marie Le Pen a quant à lui pu y répondre en déclarant qu’ils étaient diffamatoires.
Le procès aura lieu le 26 mars à 13h30 à la 17ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris