Selon un article du Telegraph du 2 février, la présentation par le ministère de la Santé britannique de nouvelles règles d’hygiène destinées à lutter contre des « supermicrobes » meurtriers, tels que le MRSA et le Clostridium difficile, a provoqué la colères d’étudiantes musulmanes des Universités de Liverpool, de Leicester, de Sheffield et de Birmingham qui refusent d’appliquer celle du « nu au-dessous du coude ».
Alors que le brossage des mains et le lavage de toute la zone autour du poignet sont jugés nécessaires dans la lutte contre certaines bactéries dangereuses, certaines étudiantes ont invoqué une interdiction religieuse de se découvrir les avant-bras. À Birmingham, certaines étudiantes ont choisi de quitter les cours et menace le ministère de la Santé de poursuites en justice. Le D. Majid Katme, porte-parole de l’Association Médicale Islamique (Islamic Medical Association/UK), a déclaré que « Les bras exposés peuvent ramasser des germes et il y a beaucoup de preuves pour suggérer que la peau est plus sûre pour le patient si elle est couverte. Une idée pourrait consister à produire des longs gants stériles et jetables qui montent aux coudes. »




Alexandre Lassalle