L'autonomie des Universités aux Pays-Bas a une conséquence très concrète. Une université comme celle de Leyde, où l'on enseigne d'ordinaire plutôt Descartes et où Ayaan Hirsi Ali a étudié, accueille désormais une chaire d'islamologie financée par un mécène privé... Le Sultan d'Oman.

Le nom du nouveau professeur choisi pour diriger cette chaire n'a pas fini de soulever la polémique, puisqu'il s'agit de Tariq Ramadan. En Suisse, où l'on connaît bien l'ambiguïté du personnage, cette nomination apparaît comme une confirmation de plus.

Quant aux Pays-Bas, dont l'ancien gouvernement a menacé de retirer la nationalité de Ayaan Hirsi Ali et dont l'actuel gouvernement refuse aujourd'hui de financer sa protection, ils viennent d'échanger une femme de culture musulmane laïque et démocrate contre un prédicateur fondamentaliste utilisant le langage de la démocratie pour mieux faire passer des idées moralistes et intégristes. Triste symbole.

Caroline Fourest

Pour lire l'article du Matin : http://www.lematin.ch/pages/home/actu/monde/actu_monde__1?contenu=327075