Un nouveau communiqué NPNS en colère vient de tomber. Il fait état de tentatives d’intimidation exercées par la direction nationale contre des comités dissidents, ces derniers étant « invités » à retirer leur signature de la liste des comités démissionnaires. Plus grave encore : Safia Lebdi, membre fondateur soutenant l’initiative des comités démissionnaires, a quant à elle reçu des menaces par téléphone suite à ses déclarations dans la presse. Tout est bien « entrepris pour faire taire toute voix dissonante ». Cela incluant au passage les menaces.

Concernant la démission en masse des 26 comités, Sihem Habchi, la nouvelle présidente non élue démocratiquement, parle d’une « nouvelle tentative de déstabilisation» menée «par une poignée de comités dissidents qui contestent nos prises de position fermes sur la laïcité ou le communautarisme» Sans aucune preuve à l’appui, Sihem Habchi sous entend que les comités démissionnaires pourraient avoir tourné le dos aux idéaux républicains portés par le mouvement depuis sa naissance. Une manipulation des islamo-gauchistes qui auraient noyauté plus de la moitié des comités sans que la direction nationale réagisse avant ? Allons donc. Les revendications des comités démissionnaires sont claires et légitimes : l’indépendance, la transparence et la démocratie. Pour Sihem Habchi « un je ne sais quoi » comme elle l’a déclaré dans la presse avec un certain mépris. Ces attaques tombent d’autant plus mal que c’est Fadela Amara qui a mis de côté ses convictions féministes et laïques en acceptant de rejoindre Christine Boutin au gouvernement. Christine Boutin cette élue ouvertement provie ayant participé au congrès de l’UOIF c’est à dire ces mêmes intégristes que combattent les comités locaux sur le terrain … Le sentiment de trahison en est d’autant plus grand.

Source : NPNS en colère