L’ancêtre du M.R.A.P, le Mouvement National Contre le Racisme, naît en 1941 et organise le sauvetage des enfants juifs pendant l’occupation. Il devient en 1949 le Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et pour la Paix. Le thème fondateur de l’antisémitisme disparaît de sa dénomination en 1978 ( année des Accords de Camp David ) ; le Mouvement devient alors Contre le Racisme et pour l’Amitiés entre les Peuples.

Les combats du MRAP seront retracés dans "Grandeur et Misère de l’antiracisme: Le MRAP est-il dépassé ?", un ouvrage de 224 pages écrit par Maurice Winnykamen, aux éditions Tribord, collection Manifeste. Militant né en 1933 et adhérant au M.N.C.R à l’âge de 17 ans, l’auteur y décrit les luttes du Mouvement contre le racisme et l’antisémitisme ; pour la paix dans le monde ; pour la reconnaissance des massacres d’Algériens (notamment en 1961) et contre l’amnistie qui couvre le crime de Charonne en 1962 ; pour une loi spécifique permettant de punir comme tels les actes racistes et l’incitation à la haine raciale.

M. Winnykamen dénonce ensuite la direction actuelle du M.R.A.P. qui, du combat contre le racisme, glisse insidieusement vers le communautarisme, revendique le voile pour les filles et la viande halal à l’école, engage des poursuites judiciaires contre les professeurs, les caricaturistes, les philosophes… Alors que le MRAP met de côté, au moins en théorie, le problème de l’antisémitisme, Winnykamen se réfère à d’autres mouvements comme S.O.S racisme et Ni putes ni soumises qui, refusant toute connotation religieuse ou communautaire, élargissent à l’antisémitisme leur combat contre tous les racismes…. Winnykamen pourfend ainsi la prise en main du M.R.A.P. par les communautaristes musulmans et la " compréhension " de sa direction à l’égard de " l’antisémitisme des banlieues ", exemples à l’appui. Il pointe du doigt son président Mouloud Aounit, qui n’a pas hésité à mettre le combat antiraciste au service de ses ambitions personnelles et de ses visées politiques, en assurant la co-présidence du comité de campagne de Marie-George Buffet par exemple, et se présentant aux dernières élections législatives contre le candidat P.C.F !!

Certaines sections du M.R.A.P s’insurgent contre les dérives du Mouvement, à l’image du manifeste* initié par Nadia Kurys, Vice-présidente du MRAP, le 22 mai 2007.

Pour M. Winnykamen, il est peut-être encore temps de sauver l’essentiel de ce qui a présidé à la création du Mouvement, à moins qu’il ne devienne obsolète…

Nathalie Szuchendler

 


Grandeur et misère de l’antiracisme. Le MRAP est-il dépassé ??de Maurice Winnykamen - Editions Tribord - Bruxelles?Disponible en librairie depuis le 14 septembre – 15 €