Propriétaire de la chaîne Trwam et du quotidien Nasz Dziennick, fondateur de l'Ecole supérieure de culture sociale et médiatique en 1991, le père rédemptoriste Tadeusz Rydzyk contrôle depuis 1991 le puissant bras radiophonique des intégristes catholiques et des ultraconservateurs: la Radio Maryja, basée à Torun, en Poméranie, qui fut une ancienne place forte des chevaliers teutoniques à 200 kilomètres de Varsovie.

Un clan autour de Maryja

Radio Maryja revendique trois millions d'auditeurs. Elle consacre 90% de sa programmation aux homélies, catéchèse et autres prières. Les émissions politiques aux accents régulièrement racistes et antisémites, homophobes et anti-européens mêlent experts et auditeurs. Cette radio distille sur toutes les ondes un message politique sur des thèmes précis (campagne contre le droit à l'avortement, contre l'entrée de la Pologne dans l'Union européenne...) Elle contrôle aujourd'hui 47 radios locales, un journal (Nasz Dziennik, "Notre quotidien", tiré à 250 000 exemplaires), trois fondations, une école de journalisme (École supérieure de Culture sociale et médiatique) et une chaîne de télévision (Trwan, "je perdure" ) ! C'est donc un grand cercle médiatique qui s'organise en Pologne autour de cette radio. Entre cinq et six millions de fidèles appartiennent à la Rodzina Radio Maryja ( "Famille de Radio Maryja" ), qui devient une organisation idéologique de masse priant au côté du gourou Rydzyk dans tous ses déplacements.

Les médias du PIS

Les caméras de la chaîne Trwam ont couvert la convention nationale du PIS le 25 août à Gdansk. Les médias de T. Rydzyck sont devenus les porte-voix privilégiés des frères Kaczynski : rien que quatorze interviews en un an ont été menées auprès du premier ministre ! Alors à quelques semaines des élections législatives, le PIS ne va pas se priver de l'électorat touché par la grâce du père Rydzyk...

Dix-sept plaintes déposées contre lui, après une allocution au cours de laquelle il s'en était violemment pris aux juifs, ont été déboutées par le parquet polonais. Celui-ci a pudiquement estimé que ses propos "n'avaient pas le caractère d'un acte interdit". En juillet dernier, l'hebdomadaire polonais Wprost avait publié la transcription de cette conférence donnée par le père Rydzyk en avril, où ce dernier avait accusé le président Lech Kaczynski d'être favorable aux revendications des juifs envers la Pologne. Le prêtre s'en prenait aux organisations juives qui revendiquent moins de 20% des 18 milliards d'euros estimés, correspondant à la restitution des biens perdus par les juifs polonais pendant la guerre. "Vous savez, il est question que la Pologne donne 65 milliards de dollars. Ils viendront vous voir et diront rendez-moi ce manteau. Enlève ce pantalon ! Donne les chaussures !", avait déclaré le révérend Rydzyk. Le problème est encore actuellement non résolu en Pologne.

Un groupe médiatique financé par l'Europe

Les campagnes électorales des représentants du PIS sont relayées par la célèbre radio intégriste. A cela s'ajoute la volonté de faire supporter à l'Europe le financement de Maryja. Les dirigeants polonais ont en effet choisi de faire bénéficier une école de journalisme liée à Radio Maryja des subventions européennes. Le père Rydzyk a fondé sa propre école de journalisme pour assurer le fonctionnement du groupe de médias contrôlé par l'ordre des rédemptoristes, il y a deux ans.

L'école supérieure de culture sociale et médiatique recevra donc 15,3 millions d'euros de fonds structurels européens pour son projet d'agrandissement, à savoir la construction d'un nouvel immeuble pour une faculté d'informatique dotée de laboratoires ultramodernes. Cette rénovation entre dans la liste des 350 projets retenus par le ministère du développement régional polonais, pour bénéficier d'un cofinancement européen pour les infrastructures et les innovations. La ministre polonaise du développement Grazyna Gesicka précise que "ce projet est conforme aux objectifs du programme destiné à promouvoir la formation technique et informatique", tandis que le porte-parole du ministère du développement régional, Stanislaw Krakowski affirme que "le financement européen prévu pour le projet du Père Rydzyk est inférieur à 25 millions d'euros, il n'a donc pas à être entériné par la Commission européenne". L'Université catholique de Lublin figure aussi parmi les bénéficiaires...

Et combien faut-il subventionner la Pologne pour... la formation au respect des droits fondamentaux sans cesse bafoués ?

Nathalie Szuchendler