A l'occasion des débats du Bundestag sur l'amélioration du Contrat de Vie Commune, Volker Beck, vice président du groupe parlementaire Bündnis 90/Die Grünen, a fait la déclaration suivante :

« Depuis l'entrée en fonction du gouvernement Merkel/Müntefering, le Contrat de Vie Commune n'a pas évolué. Pour les gays et les lesbiennes, la grande coalition n'est jusqu'à maintenant qu'un grand n'importe quoi.

Jusqu'en 2005, les droits liés aux Contrats de Vie Commune se sont toujours accrus. En 2001, l'Allemagne était encore un pays précurseur : c'était le premier grand pays de l'Union Européenne ayant une loi pour garantir la Vie Commune. Aujourd'hui, nous avons été dépassés par de nombreux pays, dont, dernièrement, la République tchèque. En Espagne, en Belgique, aux Pays-Bas, au Canada et en Afrique du Sud, on a même accordé le mariage aux couples de même sexe.

Les députés du parti Bündnis 90/ Die Grünen ont donc déposé une proposition de Loi complémentaire pour améliorer dans son ensemble le Contrat de Vie Commune. Cette proposition vise à établir l'égalité des droits dans tous les domaines où elle fait encore défaut. Les Länder dirigés par la CDU/CSU (démocrates-chrétiens) et par le FDP (libéraux) avaient empêché l'accès à l'égalité en droit fiscal et dans la fonction publique. Il manque donc encore quelque chose. Selon nous, celui qui assume les mêmes devoirs, doit avoir les mêmes droits en contrepartie. Sinon, c'est de l'injustice.

C'est maintenant que la Coalition peut montrer si sa grandeur ne consiste qu'en hésitations et en tergiversations. Pour l'instant, le gouvernement ignore même de flagrantes injustices. Un seul exemple : les sommes exonérées de droits de succession s'élèvent pour des époux à 563 000 euros, et ils sont de 5200 euros pour des partenaires de Vie Commune. L'Etat les dépossède tout bonnement. Il n'est pas possible que deux êtres, qui ont veillé l'un sur l'autre durant toute leur vie, soient traités par pure idéologie comme des étrangers au moment de mourir. C'est de la discrimination par-delà la mort !

Voici les points fondamentaux de notre Loi complémentaire sur le Contrat de Vie Commune :

- La Vie Commune doit procurer les mêmes droits que le mariage, en ce qui concerne les droits de succession et l'impôt sur le revenu. Les désavantages fiscaux des familles homoparentales doivent également disparaître. On ne peut pas accepter que l'Etat pénalise des enfants à cause du mode de vie de leurs parents.
- Les fonctionnaires qui sont sous le régime de la Vie Commune doivent être traités comme leurs collègues marié(e)s. Il en va de même pour les militaires.
- L'égalité doit aussi être établie dans d'autres domaines, par exemple pour l'aide au logement, en droit du travail ou dans l'aide à la formation. Â»

(http://www.volkerbeck.de/cms/index.php'option=com_content&task=view&id=812&Itemid=1)