Lundi, j'ai été très étonnée de prendre connaissance d'une dépêche AFP à propos du déroulement du Comité National NPNS pour la journée de samedi. Ecarquillant des yeux ronds comme des soucoupes, j'ai dû la relire à plusieurs reprises pour me persuader que ma vue ne me jouait pas un mauvais tour. Parue samedi après midi alors que le CN n'était pas terminé, cette dépêche rapportait en effet :

« PARIS, 23 juin 2007 (AFP) - Mme Sihem Habchi assurera la présidence par intérim de Ni putes ni soumises, à la suite de l'entrée au gouvernement de Fadela Amara, comme secrétaire d'Etat à la politique de la ville, a-t-on appris auprès de l'association qui a réaffirmé son "indépendance totale".
Mme Habchi, à l'origine ingénieur multimédia, était jusqu'ici vice-présidente et permanente de l'association. Cette Parisienne de 33 ans a été désignée "lors d'un vote à main levée, largement majoritaire, du Conseil national", en présence de 150 délégués des comités locaux, "sur proposition du Bureau national", a précisé un porte-parole. Â»

Quelle ne fût pas ma surprise ! Ayant moi même assisté au comité national Ni Putes Ni Soumises le samedi 23 juin, je peux certifier qu'il n'y a jamais eu de vote à main levée pour élire qui que ce soit.
Le porte-parole qui a fait cette déclaration à l'AFP a du avoir quelques passages à vide dans la journée de samedi.
Par ailleurs, ce vote à main levé, les responsables de l'association l'ont eux mêmes expressément refusé au cours du CN. De nombreuses personnes pourront en témoigner. La présidence par intérim de Sihem Habchi a donc été imposée sans l'avis des comités et des adhérents.

Caroline Brancher