Source : GOLIAS http://golias-editions.fr/spip.php'article1483

« Liberté politique », le laboratoire d'analyse politique et religieuse, des ca-tholiques de droite et proches notamment de Christine Boutin, la ministre du logement et de la ville du gouvernement Fillon et du Président Sarkozy, publie un trombinoscope des députés fréquentables et infréquentables, bref ceux pour lesquels il est fortement conseillé de voter en leur faveur et ceux pour lesquels il est impérativement recommandé de barrer le passage.

On remarquera entre autres qu'il ne suffit pas d'être un député de droite ou de la majorité présidentielle pour bénéficier des faveurs de «Liberté politique ». En effet, gare à ceux et celles qui ont des positions de morales familiale qui contreviendraient à l'enseignement doctrinal de l'Eglise en la matière.

« Liberté politique » parle de « valeurs non-négociables » qui fondent la vie commune. Ces choix rejoignent entre autres les positions du Cardinal Barbarin, archevêque de Lyon et du Père Jean-Miguel Guarrigues, théologien do-minicain qui est récemment intervenu sur la position du libre choix en cons-cience par un catholique en matière politique. Il y exprimait en particulier l'opinion selon laquelle un catholique ne saurait voter pour des candidats dont le programme comporte des transgressions de valeur. Entendez le ma-riage homosexuel, l'avortement ou l'euthanasie. Le religieux précise à propos de ces candidats : « s'ils indiquent explicitement de tels projets dans leurs programmes de gouvernement, ma responsabilité d'électeur chrétien est en-gagée par mon vote et je ne pourrai pas, au moment du vote des lois qui en découleront, me défausser de ma responsabilité morale sur les élus qui rédigeront la loi en disant : « Je ne savais pas ; je n'avais pas voulu cela ».

En encadré, découvrez le panorama édifiant dressé par « Liberté politique ».