PARIS (Reuters) - Deux jeunes hommes d'une vingtaine d'années arrêtés dimanche soir place de la Bastille à Paris lors de manifestations anti-Sarkozy ont été condamnés à quatre mois de prison ferme chacun mercredi soir par le tribunal correctionnel de Paris.

Le tribunal a ordonné leur maintien en détention. Il n'a pas complètement suivi le parquet qui demandait six mois de prison ferme.

Les deux jeunes hommes, dont les casiers judiciaires étaient vierges, disent n'appartenir à aucun mouvement organisé. Ils se voyaient reprocher d'avoir jeté des pavés en direction des forces de l'ordre. Le premier prévenu n'a atteint personne, le second a touché un policier au niveau des boucliers et des jambières, sans le blesser.

A l'audience, les prévenus ont exprimé leurs regrets, présenté leurs excuses aux policiers et expliqué avoir agi sous le coup du dépit ressenti après la victoire de Nicolas Sarkozy.

"J'ai commis une erreur impardonnable, j'étais comme un mouton dans cette foule", a dit le premier, qui se présente comme "artiste de rue". Le second, titulaire d'une maîtrise de droit et qui travaille comme journaliste, a assuré que les trois jours passés en détention depuis dimanche l'avaient convaincu de ne jamais recommencer.

L'annonce du jugement a déclenché les pleurs d'un petit groupe d'amis et de proches venus assister à l'audience.

Le tribunal a remis en liberté un troisième suspect et ordonné qu'il comparaisse à nouveau le 20 juin prochain en présence du policier qui l'accuse de faits similaires aux deux premiers.