Sarkozy a dit : « La réalité, c'est que depuis 25 ans les usagers font aux services publics toujours les mêmes reproches : les procédures sont beaucoup trop lentes ; l'accueil téléphonique est insupportable ; les horaires d'ouverture sont inadaptés ; les attentes au guichet sont trop longues ; le traitement des dossiers est impersonnel ; les administrations sont trop cloisonnées. Quelle entreprise pourrait se contenter de ce que 70 % seulement de ses clients sont satisfaits de ses services ? ».

Il a aussi dit : «La réforme du service public de l'emploi est impérative ... Il ne faut pas hésiter à recourir à des sociétés de placement rémunérées aux résultats» (France 3, 26 mai 2005)

On a compris : Sarkozy caricature les services publics pour mieux justifier leur privatisation, autant dire leur démentèlement. Cette méthode a deja été utilisée en Grande Bretagne. Confier le service public aux entreprises a eu un prix : coupures d'électricité, Cantines scolaires où l'on sert de la junk food (avec augmentation de l'obésité des enfants à la clef). Sans parler de la privatisation des chemins de fer : maintenant pour faire plus de 200 km au RU, on prend l'avion ... Et d'ailleurs il a fallu partiellement les renationaliser en 2001 suite à des accidents féroviaires.