En matière de PIB, Sarkozy a promis de réduire de 4 points de produit intérieur brut le taux de prélèvements obligatoires.

Problème : 4 points du PIB cela représente davantage que le cumul des recettes de l'impôt sur le revenu, de l'impôt sur les successions et de l'impôt de solidarité sur la fortune réunis. A titre d’exemple, le budget de l'Enseignement supérieur et de la recherche représente 1 point de PIB. A titre indicatif, même Thatcher n’a réussi en 10 ans à ne baisser les prélévements que de 2 points.

Quand à la droite au pouvoir depuis 2005 et dont est issu Sarkozy, elle n’est parvenue qu’à augmenter les prélèvement d’1,5 points du PIB et ce malgrè une réduction de l’impôt.