En septembre 2006, La Tribune commande un sondage CSA pour savoir ce que les électeurs pensent des candidats sur les questions économiques. 54 % font confiance à la candidate socialiste « en matière économique et sociale », contre 49 % à Sarkozy, 33 % à Jospin et 30 % à Villepin.

La rédaction décide de le mettre en « une » sous le titre « Royal en tête sur l’économique et le social ». Un vrai coup dur pour l’équipe de Sarko, qui pense alors pouvoir jouer de la crédibilité de son candidat dans ce domaine pour enfoncer la candidature de Ségo. En plus, l’article, qui reprend le sondage, évoque aussi la faible popularité de Sarko chez les jeunes. Heureusement, ce sondage ne fera jamais la une…

Le dimanche 3 septembre, François-Xavier Pietri, directeur de la rédaction, demande que la une soit modifiée et le sondage passé sous silence. Il déprogramme la une favorable à Royale et titre : « Économie : les Français se montrent moins pessimistes ». La société des journalistes de La Tribune se demande alors si cet « acte de censure que l’on croyait réservé aux heures les plus noires de la presse française » aurait un rapport quelconque avec le fait que le journal soit contrôlé par le groupe LVMH de Bernard Arnault, témoin au mariage de Nicolas et Cécilia, et dont le directeur général n'est autre que Nicolas Bazire, son grand complice. Sous pression, le directeur de la rédaction de La Tribune finira par accepter d’évoquer le sondage dans le numéro suivant, le 5 septembre, mais noyé dans un article sur Jospin.

Caroline Fourest & Fiammetta Venner