Demain, mercredi 17 avril, Charlie Hebdo publiera son numéro spécial consacré à Nicolas Sarkozy.

Un supplément de 16 pages rédigées par Caroline Fourest et Fiammetta Venner portant principalement sur le rapport compliqué qu'entretien le candidat de l'UMP avec la laicité, le bilan négatif de son passage au ministère de l'intérieur et la liberté de la presse.

Ce n'est peut-être pas un hasard si, entre sa première déclaration à propos de la polémique suscitée par les douze dessins sur Mahomet (« Je préfère un excès de caricatures à un excès de censure ») et sa lettre de soutien à Charlie Hebdo (« Je préfère un excès de caricatures à pas de caricatures »), le mot « censure » a pudiquement disparu de sa communication... Car si Nicolas Sarkozy devait combattre l'excès de censure, cela se saurait. En réalité, il respecte à peu près autant l'indépendance de la presse que celle des juges. C'est-à-dire pas du tout.