Réunis comme chaque année au Bourget pour trois jours de conférences, l'UOIF a invité comme toujours ses partisans à s'impliqué dans la vie sociale et politique. Sans donner de consignes précises.

Nicolas Sarkozy, bien qu'ami depuis le CFCM, n'a pas échappé aux critiques concernant ses déclarations "les moutons égorgés dans la baignoire" et Ségolène Royale a été ostracisée en raison de son vote en faveur de la loi sur les signes religieux à l'école publique... Même si elle avait fait alors des déclarations plutôt maladroites, par exemple en se félicitant de l'interdiction par certains établissements du port du string et en invitant les élèves à plus de décence.

Selon l'AFP, il n'y a pas eu de consignes précises, même si le vote pour les "extrêmes" a été écarte et que François Bayrou - décrit par Fouad Alaoui comme "catholique pratiquant laïc" - a été de loin le plus épargné.

Mais le très radical Hani Ramadan, vedette habituelle du Congrès du Bourget, a dénoncé "la phobie de l'islam" qu'il attribue à "l'impérialisme économico-politique", à "l'ignorance et l'incompréhension". Avant d'appeler à voter "en tant que citoyen français et pour défendre les intérêts de la communauté musulmane".

Dernière chose, l'AFP rapporte - sans le critiquer - le même chiffre mensonger annoncé chaque année par avance par les organisateurs, à savoir 150 000 participants. Ce qui est rigoureusement impossible et faux. En réalité, comme la démontré Fiammetta Venner dans OPA SUR L'ISLAM DE FRANCE : LES AMBITIONS DE L'UOIF (Clamann- Lévy), l'événement rassemble entre 10 000 et 30 000 participants, que les organisateurs comptent à chaque passage par le portillons d'entrée et sur les trois jours...

Pour en savoir + http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/Opa-sur-lislam-de-france-les-ambitions-de-luoif