Ce samedi 14 avril, tandis que l'association AC le feu ! organisait une manifestation au nom des "oubliés de la république", pour exiger un débat sur le manque d'égalité et de prise en compte des quartiers populaires, les Indigènes de la République se démarquaient par une manifestation non pas égalitaire mais victimaire sous une banderolle intitulée "les zappés de la République". Avec, bien sûr, comme invité vedette Tariq Ramadan... qui en a profité pour donner ses consignes de vote.

Selon l'AFP, le prédicateur de nationalité suisse a accusé de "démission" la droite pour mieux attaquer la gauche : "la gauche a menti au pouvoir, elle ment aujourd'hui dans l'opposition".

"Nous ne voulons pas nous faire avoir par le vote utile. Il se joue à notre détriment, nous sommes considérés comme un réservoir de voix", a expliqué à l'AFP Houria Bouteldja, porte parole du Mouvement des Indigènes de la République. Elle a ajouté : "Nous n'attendons rien de cette élection qui ne nous concerne pas", puisque les candidats "n'ont abordé aucun sujet nous concernant comme la fracture raciale" (sic).

Les Indigènes de la République ont montré une fois de plus que le combat unitaire pour l'égalité et le social ne les intéressaient pas. Leur but étant de faire du lobbying identitaire, ethnique et religieux.