Bien plus grave que sa gaffe sur les sous-marins nucléaires, Nicolas Sarkozy a séché lorsque Jean-Jacques Bourdin (RMC) lui a demandé avec insistance si Al-Qaida était un mouvement « sunnite ou chiite »…

Les équipes de Nicolas Sarkozy ont bien ri lorsque Ségolène Royal, interrogée au micro de Jean-Jacques Bourdin, s’est trompée à propos du nombre de sous-marins nucléaires français. Un peu moins, lorsque Sarkozy a commis la même bourde quelques semaines plus tard, alors qu’il avait eu tout le temps de préparer ses fiches. Mais rares sont les journaux à avoir relevé une autre bourde, bien plus grave, survenue lors de cette même émission du 26 février 2007.

La question de Bourdin était simple : « Al-Qaida : chiite ou sunnite ? » La réponse du ministre est confuse : « Il est impossible d'y répondre. […] Parce que Al-Qaida c'est une nébuleuse… », bredouille-t-il, visiblement embarrassé. Bourdin, qui connaît la réponse, revient à la charge. Chiite ou sunnite ? Sarkozy râme. Bourdin lâche la bonne réponse : sunnite. Sarkozy nie. « On ne peut pas dire les combattants d’Al-Qaida sont tous sunnites, sont tous chiites, on ne peut pas dire ça. » On peut le dire puisque c’est vrai, et qu’Al-Qaida déteste les chiites. En revanche, on ne peut pas dire que cela fasse bonne impression de ne pas le savoir ! Surtout quand on s’appelle Nicolas Sarkozy et qu’on essaie de se faire passer pour monsieur Sécurité.

Sarkozy refuse également de qualifier de sunnite le GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat), un mouvement terroriste algérien ayant fait allégeance à Al-Qaida… Et pourtant, il l’est. Mais le pire est à venir. À force de patiner, Sarkozy s’enfonce dans une explication de plus en plus confuse : « Il y a par exemple un certain nombre de Français qui vont se faire mourir en Irak. […]. Est-ce qu’on peut les réduire, alors qu’ils sont Français et qu’ils vont faire les kamikazes là-bas, à une appartenance ethnique? […] On ne peut pas réduire cela à un seul problème sunnite. »

Cette mise en difficulté est gravissime. Non seulement Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur, ne sait pas qu'Al-Qaida est un mouvement sunnite, mais il donne l’impression de croire que le mot renvoie à un ethnie… Visiblement, il ne comprend toujours pas bien la différence entre « nationalité », « ethnie » et « religion ». Il l'avait déjà prouvé en déclarant à l'émission « 100 Minutes pour convaincre » en 2003 : « Être musulman, cela se voit sur la figure. » Est-il vraiment l'homme de la situation alors que la France est sérieusement menacée par le GSPC (algérien et sunnite) d'attentats ?

Caroline Fourest