En matière d'immigration choisie aussi, le ministre a l'obsession des chiffres.
La situation douloureuse des enfants étrangers scolarisés en France et menacés d'expulsion devait être examinée au cas par cas, mais Sarkozy avait tout de même fixé un objectif : 20 % des 33 500 dossiers. Comme ça, un chiffre rond ! Devant le tollé déclenché par cette façon purement numérique de considérer la situation, il avait reculé et promis d'examiner les demandes de façon individuelle. Avec Arnaud Klasferld dans le rôle du médiateur au grand coeur. Bilan : 6 924 enfants régularisés, en principe en fonction de leur situation. Mais aussi de leurs parrains éventuels.

Ainsi Nicolas Sarkozy a-t-il accepté de régulariser cinquante enfants parrainés par Enrico Macias en jetant à peine un oeil à leur dossier. Depuis, le chanteur ne cesse de vanter sa générosité et lui apporte son soutien. Pourtant, de nombreux enfants correspondant aux mêmes critères sont restés sur le carreau. Leur demande a visiblement eu le grand handicap d'être examinée « au cas par cas » au-delà d'un certain quota. Mais au fait, ça fait combien 20 % de 33 500 ? 6700 (donc, 224 enfants en plus pour la forme). Emballé, c'est pesé pour la rentrée !

Problème, des milliers d'autres familles correspondant aux critères sont restées sur le carreau. Résultat, les régularisations ont repris. Mais en douce et sur des critères aléatoires que la CIMADE dénonce comme relevant bien souvent de l'"arbitraire".

Caroline Fourest & Fiammetta Venner