C'est avec une satisfaction certaine que le Mouvement Français pour le Planning Familial a pris connaissance de la décision de la Cour européenne des droits de l'Homme qui condamne l'État polonais pour avoir refusé un avortement thérapeutique à une femme dont la grossesse posait un risque pour sa santé.

L'histoire de Alicia Tysiac, qui est devenue quasiment aveugle suite à sa troisième grossesse, illustre la situation dramatique de nombreuses femmes polonaises qui se voient quasiment systématiquement refuser un avortement thérapeutique alors même que la loi le prévoit.

Non seulement le droit à l'avortement a été considérablement réduit par diverses réformes législatives adoptées depuis les années 90, mais la loi actuelle n'est même pas respectée, au mépris de la vie et des droits des femmes.

Le gouvernement actuel cautionne ce non respect de la loi en vigueur et veut maintenant franchir une nouvelle étape pour interdire totalement l'avortement. Il a déposé un projet de loi visant à rendre l'avortement anticonstitutionnel. Le parlement, composé très majoritairement d'hommes, s'apprête à voter sans aucun état d'âme cette loi inique.

Il faut que la décision de la Cour européenne des droits de l'Homme puisse changer le cours des choses !

Les États de l'Union européenne doivent se mobiliser pour faire pression sur le gouvernement polonais. Le MFPF demande instamment à l'État français d'agir au plus vite dans ce sens.

Le MFPF salut le courage de Alicia Tysiac et de la Fédération polonaise pour les femmes et le planning familial qui l'a soutenu dans son action en justice contre la Pologne et se bat depuis de nombreuses années pour défendre le droit à l'avortement. Et exprime sa solidarité avec les femmes polonaises.

Paris, le 26 mars 2007