Il y a quelques semaines la Tribune de l'Art lançait une pétition sur les risques de commercialisation de l'échange culturel et posait la question de la censure.
Plus de 4700 personnes ont signé la pétition.
Depuis, le site est interdit d'accès aux Emirats Arabes Unis "pour raisons de sécurité.

http://www.latribunedelart.com/Editoriaux/Editoriaux_2007/Editorial_Combat_continue_509.htm

Editorial de Didier Rykner (La tribune de l'art) Le combat continue

En lançant la pétition pour l'intégrité des collections des musées français, je n'avais guère d'illusions sur le pouvoir d'une telle initiative pour empêcher le gouvernement de mettre en oeuvre ses projets. Je ne m'attendais pas, en revanche, à un tel intérêt des médias pour ce sujet sur lequel je prêchais dans le désert (hors quelques articles de presse) depuis la création du site. Y a t il pour autant eu un débat ? Pas vraiment, lorsque l'on regarde les interventions des partisans de ce projet qui n'ont jamais répondu réellement à nos arguments, mais se sont contentés de procès d'intention (nous serions contre les expositions, contre le mécénat,...), d'affirmations fausses (les musées ont des réserves pleines de chefs-d'oeuvre,...) et de grandes tirades sur la grandeur et le rayonnement de la France pour cacher qu'il ne s'agit que d'une opération mercantile. Alors que nous prônons les prêts d'oeuvres gratuits, comme cela a toujours été le cas, on nous a accusés d'être frileux, de nous replier sur nous-même et de manquer de générosité. Tout le monde sait qu'il est plus généreux de louer fort cher que de prêter !

D'après Le Monde paru aujourd'hui 3 mars 2007, le Ministre de la Culture se rendra mardi 6 mars dans les émirats pour signer le contrat Louvre-Abu Dhabi. Alors que le gouvernement ne devrait, à deux mois des élections, qu'expédier les affaires courantes, Renaud Donnedieu de Vabres, qui nous a toujours traité par le mépris (les « grincheux Â», les « esprits chagrins Â») va engager ses successeurs pendant vingt ans, dont dix ans de locations d'oeuvres des musées français à Abu Dhabi. Nous avons donc perdu une bataille, mais le combat continue. Demain, des opérations du type Louvre-Abu Dhabi seront menées dans le monde entier, par l'Agence Internationale des Musées de France. Nous nous y opposerons avec la même force. Alors que jusqu'à aujourd'hui, la déontologie des conservateurs leur interdisait (parfois jusqu'à l'absurde) de se prononcer sur l'authenticité des oeuvres appartenant à des collectionneurs privés et leur imposait la tâche de se consacrer à l'enrichissement des collections françaises, à l'exception de toute autre, demain cette agence pilotée par le Ministre de la Culture conseillera l'émir d'Abu Dhabi (car les oeuvres acquises par le Louvre-Abu Dhabi n'appartiendront même pas à cet Etat, mais à la collection privée du monarque). Que fera le Ministre lorsqu'un tableau devra être interdit de sortie du territoire alors qu'Abu Dhabi souhaitera l'acquérir ? Il y aura, évidemment, des conflits d'intérêt qui placeront les fonctionnaires français dans des situations impossibles.

Il faut acter, hélas, la création du Louvre-Abu Dhabi. Nous surveillerons, quoiqu'il en soit, de très près les modalités cette opération. La participation des musées sera, paraît-il, volontaire. Nous ne manquerons pas de dénoncer les pressions qui s'exerceront sur les conservateurs qui refuseront de louer leurs oeuvres. Nous connaissons plusieurs directeurs de musées de province farouchement opposés à cette opération mais qui n'ont pas signé la pétition par crainte de déplaire à leur maire ou sur pression de celui-ci. On peut imaginer combien ils seront libres de refuser d'y participer. On nous affirme que l'argent fourni par Abu Dhabi sera effectivement reversé aux musées. Nous dénoncerons toute tentative ultérieure de l'Etat ou des municipalités de réduire leurs budgets.

Nous défions Renaud Donnedieu de Vabres d'accepter, enfin, le débat. Il s'y était, jusqu'à aujourd'hui refusé, sous prétexte que les négociations étaient en cours. Il n'a plus aucune raison de ne pas venir défendre ce projet et répondre à nos objections, plutôt que de poursuivre ses diatribes méprisantes. Alors qu'il va, dans moins de trois mois, quitter définitivement ses fonctions (bien qu'il soit candidat à sa propre succession), il ne pourra fuir ses responsabilités. Je remercie, en tout cas, les 4700 personnes ayant signé la pétition à ce jour. Notre combat est le bon, il n'est pas terminé.

Didier Rykner (mis en ligne le 3 mars 2007)

P.S. Nous maintenons, pour l'instant, la pétition ouverte. Rappelons par ailleurs que La Tribune de l'Art est entièrement censurée à Abu Dhabi : il est impossible d'y accéder.