Il faut admettre que Nicolas Sarkozy a oublié d'être bête. Le coup de théâtre qu'il a provoqué, ce mercredi matin, au procès de Charlie Hebdo, s'inscrit dans la stratégie du double discours attrappe-tout du maire de Neuilly. Constatant que Bayrou et Hollande allaient être témoins en faveur du journal satirique Charlie Hebdo, le ministre de l'Intérieur a compris que l'attachement des Français à leur modèle laïque, et à la désacralisation des cultes était tellement grand qu'il ne pouvait laisser cet espace à ses deux adversaires. Il a donc soutenu inconditionnellement, de manière spectaculaire, Philippe Val, à la grande fureur de l'avocat de l'UMP, Spizner (qui n'avait pas l'air d'avoir été mis au parfum), de Boubakeur et de l'UOIF. En ce sens, quel grand moment que de voir Boubakeur, éructant à la télévision que dorénavant, tous ceux qui se moqueront de l'islam iront devant les tribunaux ! Où se croit le recteur de la Mosquée de Paris, par ailleurs ami de Chirac ? Quel délice que de voir un grand ponte de l'UOIF être assez stupide pour se laisser filmer en train de hurler après Sarkozy, et de dire que tout le Conseil Français du Culte Musulman devait démissionner !

Sarkozy est vraiment très fort. Il a livré le CFCM sur un plateau aux intégristes. Il se balade dans les banlieues, accompagné des imams de toutes les nationalités et de toutes les tendances religieuses, en oubliant les laïques et les féministes. Il leur promet le financement des mosquées par les finances publiques. Mais il réussit, en leur accordant presque tout, à se faire siffler par dix mille fanatiques, séparées de manière sexiste, au Bourget, en 2003, quand il rappelle que les femmes doivent enlever leur voile sur une photo. Et près de quatre ans après, il réussit le coup d'apparaître, aux journaux télévisés, comme celui qui tient tête, au nom de la République, aux prétentions des fous

Lundi soir, je n'étais pas chez moi, mais j'ai vu des images que des amis m'ont enregistrées, sur la nouvelle émission de TF1, où on voit un candidat face à cent Français censés représenter le peuple. Super-Sarko est passé le premier. Il faut quand même préciser que la boite qui produit l'émission est dirigée par Dominique Ambiel, ancien directeur de cabinet de Raffarin, contraint à la démission suite à une sombre affaire de prostituée mineure retrouvée dans sa voiture, à Paris, au milieu de la nuit, ce qui, pour un homme se disant catholique pratiquant, fait quelque peu désordre ! Bayrou s'est permis d'ironiser sur la confusion des genres, et de suspecter la régularité de l'émission : poursuivi devant les tribunaux, comme un vulgaire Charlie Hebdo ! J'ignore si les invités ont été triés sur le volet, mais en tout cas, on peut difficilement, pour certains, mieux servir de faire-valoir à Sarkozy ! Ce jeune bobo prétentieux et agressif, insultant le ministre et le traitant d'homophobe parce qu'il s'oppose au mariage homo et à l'adoption, quelle aubaine pour flamber à la télévision !

Cette jeune femme, qui, au lieu de se dire citoyenne française, se présente comme musulmane d'origine algérienne, et dit qu'elle se sent insultée parce que le ministre dit qu'en France, on ne pratique pas la polygamie, ni l'excision, quel régal pour un Sarkozy de passer derrière, et d'apparaître comme celui qui défend les valeurs de la République, alors qu'en fait, il met en avant, dans tous ses écrits, la défense du communautarisme à l'anglo-saxonne, contre l'intégration républicaine !

Sarkozy, en attendant, continue de cumuler la fonction de ministre de l'Intérieur et celle de candidat. Curieusement, ce week-end, des événements très graves ont eu lieu dans les Yvelines. A Chanteloup, des jeunes cagoulés ont littéralement agressé une jeune policière de vingt-sept ans qui rentrait chez elle, dimanche, après une journée de service, démolissant sa voiture, et blessant gravement la jeune femme, qui a échappé de peu à un lynchage mortel. Des centres sociaux ont été mis à sac. Aux Mureaux, même genre d'incidents. Hasard, il y a juste un an, un " jeune " au volant d'une voiture volée, après avoir forcé deux barrages policiers sur l'autoroute, se faisait tuer en essayant de forcer le troisième. On se souvient qu'en 2002, la presse avait mis le paquet, lors des dernières semaines, sur l'insécurité, et les échecs du gouvernement Jospin, profitant de l'aveuglement de la gauche bobo sur cette question. Cette fois, Sarkozy est encore à l'Intérieur, et c'est silence radio du côté des médias, qui se découvrent soudain anti-fascistes, craignant de faire monter le score du Front national. La gravité de ces événements, l'exaspération des classes populaires devant ces violences qu'elles subissent, au premier rang, la non-prise en compte de la gravité des ces événements sont bien évidemment une véritable aubaine pour Le Pen, qui maintient toujours le suspens sur ses 500 signatures, et le silence médiatique n'y changera rien.

Pendant que la plupart des copains journalistes de Sarkozy, qui ont lynché littéralement Ségolène Royal pendant une dizaine de jours, la faisant passer pour une Bécassine, continuent de lui passent la brosse à reluire, le ministre de l'Intérieur peut continuer ses numéros de claquettes, sur les plateaux de télévision et dans des quotidiens tout acquis à sa cause.

Ségolène Royal va donc contre-attaquer, ce dimanche, à Villepinte. Elle devrait annoncer les grandes lignes de son programme. Au début, la réunion devait se tenir à Montreuil, mais ils ont changé de lieu. La version officielle est que Montreuil était trop petit, mais, ne le dites à personne, la vraie raison est que Montreuil est, ce week-end, la capitale de la laïcité, et que Ségolène a eu peur de cette concurrence (humour). Saura-t-elle continuer à rompre avec le discours officiel de la gauche bobo, tout en affirmant un discours clairement ancré à gauche ?

En attendant, nous vivons une époque formidable. Il y a deux ans, les tenants du oui au TCE expliquaient au bon peuple tout l'intérêt de continuer la construction européenne sur les bases anciennes. Les partisans du non étaient insultés, calomniés, qualifiés de ringards, de nationalistes, de xénophobes, voire d'alliés de l'extrême droite.

Le 29 mai, l'axe UMP-UDF-PS-Verts était balayé, surtout dans les classes populaires ! Un tremblement de terre, d'une importance égale à celui du 21 avril 2002.

Pourtant, depuis, l'Europe est passée de vingt-cinq à vingt-sept pays.

Le 25 mars prochain, tout ce beau monde, souhaitant oublier les votes français et hollandais, ira fêter, à Berlin, les cinquante ans du traité de Rome, et on aura droit au matraquage médiatique sur l'Europe facteur de paix et de progrès social !

Et le pour le 22 avril, premier tour des présidentielles, on nous fait croire que le troisième homme, Bayrou, partisan du " oui ", va troubler le jeu du duel entre deux autres partisans du " oui ", Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy.

Vous ne croyez pas qu'il y a quelque chose qui ne va pas ?

Évariste Pour réagir aux articles, écrire à evariste@gaucherepublicaine.org