Le quotidien gratuit 20 minutes, sous la plume de Laure de charette, retient surtout de cette actualité que "Charlie s'offre son heure de gloire" (alors qu'il est poursuivi dans ce procès et non à l'origine de ce procès). Elle parle d'un Philippe Val "tantôt riant, tantôt arrogant" parce qu'il a fait rire la salle en disant : "Si on ne peut plus rire des terroristes, alors on est foutu ! »

Il est vrai que Philippe Val ne ménage pas ses critiques vis-à-vis de la presse gratuite, inféodée par nature aux annonceurs. Qu'on partage ou non son point de vue, la façon dont 20', un peu jaloux et revanchard, traite ce procès tend à faire penser que, décidémment, 20 minutes, des stagiaires et un journal financé par la pub c'est un peu court pour traiter d'une actualité aussi complexe et importante...