Suite la condamnation de Bruno Gollnisch pour "délit de contestation de l'existence de crime contre l'humanité par paroles", le Front national a publié le 19 janvier un communiqué soutenant son numéro 2.

Le Front national y dénonce une "justice politisée" et accuse les juges d'avoir "outrepassé leur mission". Le parti de Jean-Marie Le Pen semble ignorer, lui aussi, qu'une des bases du système démocratique est la séparation des pouvoirs.

Bruno Gollnisch a annoncé qu'il allait faire appel de sa condamnation par le tribunal correctionnel de Lyon (trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Lyon)