Le Mrap "condamne cette exécution comme il a, en son temps, condamné les crimes de Saddam Hussein" "on ne peut pas juger un homme coupable de crime contre l'humanité et lui infliger la peine la plus barbare qui soit sans se mettre au même niveau d'inhumanité".

Dans ce communiqué, l'association rappelle que la pendaison "précipitée" de Saddam Hussein, "empêche toute condamnation pour les massacres commis à l'encontre du peuple kurde notamment l'extermination de toute la population d'Halabja".

"Cette exécution n'apportera pas la fin du chaos qui règne en Irak" et la date choisie, le jour de la fête musulmane du sacrifice "risque d'être ressentie comme une provocation", ajoute le communiqué.