Le Guide suprême de la confrérie, Mohammed Mahdi Akef a déclaré : "Aujourd'hui, jour de l'Aïd al-Adha, le jour était mal choisi. Toutes les traditions disent qu'il s'agit d'un jour de pardon".

"L'exécuter aujourd'hui est en-dessous de toute valeur humaine".

"Saddam était un dictateur, un oppresseur et un criminel. Mais il a aussi travaillé à préserver l'unité de son pays", a-t-il estimé. "Il aurait pu bénéficier d'un procès juste et il aurait pu être pendu, mais pas de cette manière."