Bible contre Coran

Sur France-Echos, le christianisme et l'islam sont réduits à une opposition Bien contre Mal. L'islam est volontiers comparé à la « religion de Satan »1 , la « religion du führer »2 par opposition au christianisme présentée comme une religion d'amour et de tolérance.

Selon FP Blake, voici ce qui justifie cette opposition : « la violence est prônée par le Coran et Mahomet et elle est par conséquent intrinsèque à l'islam, tandis que le christianisme condamne toute violence. Les violences des chrétiens furent commises en opposition aux dogmes chrétiens alors que les violences islamiques sont ordonnées aux musulmans par leur divinité Allah dans leur Coran »3

France-Echos oppose Mahomet, qui est un prophète, à Jésus Christ, qui est plus qu'un prophète puisque il est le fils de Dieu pour les catholiques. Mahomet serait d'ailleurs « l'antéchrist » et « le combat ultime du bien contre le mal aurait ainsi commencé il y a 14 siècles »4

Concernant l'histoire noire du catholicisme, France-Echos essaye de laver le christianisme de tout les crimes commis en son nom pour ainsi mieux l'opposer à l'islam. Pour parvenir à ses fins, France-Echos va jusqu'à manipuler l'histoire et les textes de la Bible : Selon FP Blake, les croisades sont justifiées car elles « furent une réponse défensive au jihad musulman »5. Concernant la Bible, un rédacteur écrit que : « aucune des fautes de l'Église ne plonge ses racines dans l'Évangile »6.

Selon France-Echos, l'Eglise Catholique n'aurait pas appliqué le véritable modèle du Christ. Par exemple, à propos des crimes de l'inquisition, Chico Ray écrit que : « Ces actes n'étaient pas l'application d'ordres directs de Dieu dictés par l'ange Gabriel et diffusés par le christ. Il ne s'agissait pas non plus d'actes conformes au modèle du christ. En fait ces actes étaient en opposition avec l'enseignement ET le modèle de vie du Christ.» 7.

Finalement, l'Eglise Catholique serait une sorte d'usurpatrice. Mais jusqu'à preuve du contraire, elle n'en est pas moins la représentante du christianisme officiel.

France-Echos oppose systématiquement la Bible au Coran affirmant que la Bible a été écrite par des hommes8 contrairement au Coran qui est la parole d'Allah pure et inaltérée. Selon France-Echos, un véritable chrétien n'applique donc plus les préceptes de la Bible puisque, écrite de la main des hommes, elle n'est pas un ordre direct de Dieu.

Concernant la misogynie des Evangiles, Chico Ray dit par exemple : « Les instruction de Paul, plus personne ne les applique, il est reconnu que c'est périmé, et que cela ne vient PAS de Dieu »9.

Chico Ray minimise également la misogynie des intégrismes juif et chrétien : « tout les intégrismes religieux n'oppressent pas les femmes avec autant d'application et de volonté délibérée que l'islam »10

FP Blake, quant à lui, a l'air de penser que seul l'islam peut être source de violence : « Je n'ai guère vu de chrétiens, y compris les adeptes de Monseigneur Lefebvre, se faire sauter avec des ceintures d'explosifs au nom de Jésus ou de Jéhovah »11.

Pourtant :

  • Aux Etats Unis, les intégristes catholiques et protestants tuent au nom de Dieu des médecins parce qu'ils pratiquent des IVG12
  • Certains groupes chrétiens intégristes réintégrés en septembre 2006 par Benoît XVI se sont faits connaître parce qu'ils trouvaient dans les évangéliques la justification de la torture en Algérie.13
  • En Israël, beaucoup de femmes sont régulièrement la cible des ultra-orthodoxes de Mea Sharim (un quartier haredim de Jérusalem) où elles se font jetter des pierres parce qu'elles ne sont pas en "tenue décente" (c'est à dire une robe qui couvre les bras et les jambes)14
  • Aux Etats Unis, des groupuscules religieux d'ultra droite font une lecture littérale de l'ancien testament qui justifierait selon eux l'esclavage des noirs et l'existence d'une race supérieure qui serait les WASP (White Anglo Saxon Protestant) et qui sera l'unique survivante du proche Armageddon15.

La question n'est donc pas tellement de savoir si les textes religieux sont divins ou pas, ou si une religion est pire que l'autre, la question est que des individus, par soif de pouvoir ou par fanatisme, sont capables de s'approprier les textes, allant parfois même jusqu'à les manipuler, pour oppresser, martyriser et terroriser.

Tout les intégrismes religieux ont les mêmes objectifs :

« Bien qu'ils donnent l'impression d'être en guerre, les extrémistes des trois monothéismes partagent les mêmes valeurs et rêvent d'un monde infiniment proches. Cette proximité n'a finalement rien d'étonnant. Après tout, le judaïsme, le christianisme et l'islam partagent les mêmes références textuelles, les mêmes références prophétiques» 16.

Tout les intégrismes ont un potentiel de fanatisme et de violence :

« S'il existe des différences entre les trois religions du livre, il est point sur lesquels toutes se rejoignent : elles prétendent détenir la vérité au nom d'une révélation irrationnelle, ce qui les rends potentiellement propices à des entreprises fanatiques »17

Si l'intégrisme musulman apparaît aujourd'hui comme l'intégrisme le plus menaçant, ce n'est pas à cause d'une violence propre au Coran comme l'affirme France-Echos, c'est parce qu'une configuration géopolitique lui est favorable, les dirigeants arabes n'ayant pas démocratisé leurs pays ni séparé le politique du religieux ouvrant ainsi le champ à l'islamisme, seul opposant politique crédible auprès des populations :

« Bien que les trois intégrismes soient à l'évidence des jumeaux dans leurs intentions, il serait faux d'affirmer que l'intégrisme musulman ne présente pas un risque accru. L'islamisme occupe effectivement la pole position chez les intégristes. Il est actuellement le mieux placé pour exercer ses diktats et terroriser ceux qui lui résistent. Mais cette force n'est pas liée avec ses homologues juif et chrétien. Le pouvoir de nuisance des intégristes dépend avant tout des résistances qu'il rencontre. Or l'intégrisme musulman rencontre moins d'opposition que l'intégrisme juif ou chrétien du seul fait qu'il évolue dans un nombre important de pays où la religion inspire toujours la loi commune, ce qui a pour effet de rendre les islamistes supérieurs aux laïcs, même lorsqu'ils persécutés par le régime politique en place. »18

La théorie de France-Echos, non seulement est opposée à celle développée dans Tirs Croisés, mais ne tient (en plus) absolument pas la route :

FP Blake dit que « Jésus et les Evangiles sont les fondements du christianisme » tout comme « le Coran et Mahomet sont les fondements de l'islam »19.

Dans l'Evangile, il est écrit que :

  • « L'homme est le chef de la femme » (Première épître de Paul aux Corinthiens , chapitre 11)
  • « Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses. »(Epître de Paul aux Ephésiens, chapitre 5)
  • « Femmes, soyez de mêmes soumises à vos maris » (Premier épître de Pierre, chapitre 3)

Même si c'est un message de tolérance et d'humanité que la majorité des chrétiens ont choisi aujourd'hui de conserver, Jésus Christ n'en a pourtant pas moins déclaré :

  • « Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix, sur terre, je ne suis pas venu y apporter la paix, mais l'épée. » ( Evangile selon Mathieu, X, 34),
  • « Je suis venu jeter le feu dans la terre, et qu'est-ce que je désire, sinon qu'il s'allume ! » ( Evangile selon Saint Luc, XII, 49)
  • « Car je suis venu séparer le fils d'avec son père, la fille d'avec sa mère et la belle fille d'avec sa belle mère » ( Evangile selon Saint Mathieu, X,35)
  • « Si quelqu'un vient à moi, et ne hait point son père et sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses soeurs, et même sa propre vie, il ne peut-être mon disciple »( Evangile selon saint Luc, XIV,26)

Dans les Evangiles, Jésus Christ conseille à ses disciples de se montrer « malins comme des serpents » et « candides comme des colombes » dans chaque ville où ils vont prêcher car il sait que son message va déclencher l'hostilité : « Le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant ; les enfants se dresseront contre les parents et les feront mourir .» (Evangile selon Mathieu chapitre 10)

Cela dit, Jésus Christ est venu délivrer un message de tolérance et d'amour. Jésus Christ était-il un adepte de la takia lui aussi ?

Donc, au vu du profond sexisme des Evangiles et de l'origine divine du message de Jésus Christ, (Jésus Christ étant le fils de Dieu qui a parlé au nom de Dieu selon les catholiques tout comme l'ange Gabriel a parlé au nom d'Allah selon les musulmans), doit-on considérer que :

Tout chrétien est par définition un être misogyne, menteur, violent, incapable d'évoluer vers la modernité, appliquant à la lettre les Evangiles, les faits et gestes de Jésus Christ, ne pouvant en effet les rejeter car d'origine divine ? Que le catholicisme est un totalitarisme comparable au nazisme ?

Selon les raisonnements binaires de France-Echos, oui.

Les dogmes du christianisme sont-ils compatibles avec la démocratie ?

Selon FP Blake, le catholicisme serait également compatible avec la démocratie :

« Le catholicisme moderne sépare le religieux du politique, comme Jésus ce qui appartient à Dieu et ce qui appartient à César.»20

FP Blake parle-t-il (ce qui serait à mourir de rire) de ce catholicisme moderne qui a eu des rapports plus qu'ambiguës avec le nazisme ? Ce catholicisme moderne qui continue de combattre la laïcité de toute ses forces21 au côté des intégristes musulmans, précieux alliés avec lesquels elle lutte côte à côte, à la commission des droits de l'homme de l'ONU, pour l'instauration du délit de blasphème et contre toute réforme en faveur de l'avortement ou de la prévention du SIDA dans les pays du tiers monde ? 22.

FP Blake parle-t-il du catholicisme moderne de Benoît XVI par hasard ?

Benoît XVI, surnommé le « grand inquisiteur » par ses propres partisans, qui défend un dogme intolérant et moralisateur, voue à l'excommunication les partisans de l'avortement, dit de l'homosexualité que c'est un « mal moral » et le clonage « une menace plus dangereuse que les armes de destruction massive »23 ?

Benoît XVI qui n'a jamais condamné les 44 400 actes de violence à l'encontre des partisans de l'avortement, les 16 tentatives de meurtre, les 2 400 assauts ou attentats à la bombe ?24

Benoît XVI qui a récemment déclaré que les hommes et les femmes devaient « apprendre de nouveau la crainte de Dieu »25 ?

Benoît XVI qui dit, non sans rappeler un certain Tariq Ramadan, «qu'un état est démocratique et laïque dans la mesure où il respecte la pratique religieuse de ses citoyens, sans exclusive ni préférence » et que « face au laïcisme croissant, qui prétend réduire la vie religieuse des citoyens à la seule sphère privée, hors de toute manifestation sociale et publique, l'Eglise sait que le message chrétien éclaire et renforce la cohésion sociale et ses principes »26 ?

C'est cela le catholicisme moderne tant vanté par FP Blake ?

Sur France-Echos, les récentes déclarations de Benoît XVI sur l'islam sont approuvées.

FP Blake dit que Benoît XVI « s'attaque au fascislamisme », « a lancé clairement la confrontation avec la religion de Mahomet et a rappelé que celle-ci comporte de nombreux aspects inacceptables au nom des valeurs chrétiennes, de l'héritage des philosophes grecs et des Lumières, et de la conception occidentale de Dieu »27 Un lecteur conclut : « je suis très content de ce que notre Pape affirme »28

Donc oui. Quand FP Blake parle du catholicisme moderne, il doit sûrement s'agir de Benoît XVI. Et c'est à mourir de rire.

Par naïveté, ignorance ou hypocrisie (voir tout ça à la fois et c'est ce qui est le plus à craindre), les responsables de France-Echos ont visiblement choisi de fermer les yeux devant la montée en puissance de l'intégrisme chrétien revigoré par la reculade des démocraties européennes face à l'intégrisme musulman.

Dans un éditorial29, France-Echos affirme que c'est le christianisme lui même qui est porteur du principe de laïcité et des idéaux de liberté et de fraternité de 1789. En effet, Jésus Christ a dit « il faut rendre à César ce qui est à César » FP Blake ajoute que « le christianisme est laïco-compatible »30

France-Echos, lorsqu'il voit dans le christianisme la source de la laïcité, cette laïcité qui a été arrachée dans la douleur à l'Eglise Catholique et dont le christianisme officiel n'a jamais voulu, a la même démarche que les musulmans libéraux qui utilisent la sourate de la délibération (sourate 42 qui invite « les hommes à délibérer entre eux de leurs affaires ») pour réformer l'islam vers la modernité et abroger les versets caducs :

Si la citation de Jésus Christ a effectivement permis à la laïcité de naître et si aujourd'hui la majorité des catholiques séparent le religieux du politique, ce n'est pas parce que le christianisme est « laïco-compatible », c'est parce que des hommes ont en leur temps défié les dogmes chrétiens et se sont emparés de la célèbre phrase du Christ ... exactement de la même façon que les musulmans libéraux sont en train de s'emparer de la sourate de la délibération :

« De même que les citoyens vivant dans des pays de culture chrétienne ont dû se battre pour arracher la laïcité à l'emprise religieuse, des musulmans libéraux se battent aujourd'hui pour remettre à l'honneur ce verset »31.

France-Echos disqualifie les musulmans libéraux en les traitant de menteurs. Ces mêmes musulmans qui, par ailleurs, prennent des risques énormes dans leur pays d'origine où ils y sont menacés de mort, la liberté d'expression n'existant pas.

Mais en quel honneur la démarche de France-Echos serait-elle sincère et pas celle des musulmans libéraux ? Prenons le temps de répondre à cette question :

  • Si les musulmans libéraux veulent remettre à l'honneur et au péril de leur vie la sourate de la délibération, c'est pour que l'islam connaisse son siècle des lumières.
  • Si France-Echos redore l'image du christianisme, parle d'un catholicisme compatible avec la laïcité et la démocratie d'une manière qui frise parfois le ridicule, ce n'est pas pour libérer des peuples du joug d'une religion. Loin de là. C'est pour nous vendre coûte que coûte le choc des civilisations.

Dénonce le sexisme de l'islam mais pas du christianisme

France-Echos, toujours présent quand il s'agit de s'insurger contre la misogynie des intégristes musulmans (des « musulmans » pardon), non seulement minimise le sexisme inhérent des Evangiles mais, en réalité, ne le dénonce pas.

Dans un article, FP Blake s'est offusqué lorsque Fadela Amara, présidente du mouvement Ni Putes Ni Soumises, a soutenu l'an dernier les féministes américaines qui luttent pour le droit à l'avortement aux Etats Unis, droit remis gravement en cause par les Evangélistes américains. FP Blake a accusé Fadela Amara de ne s'intéresser qu'au « cas étranger »32, une Fadela Amara qui s'est pourtant amplement mobilisée autour de Sohane ou Schéhérazade cas bien français. Mais FP Blake a certainement oublié que le droit à l'avortement concerne les femmes du monde entier et qu'il est de ce fait évident que les féministes du monde entier se mobilisent sur ces questions.

FP Blake doit vraisemblablement penser que s'opposer à l'avortement (comme le font les Evangélistes qui ont fait interdire l'avortement dans certains Etats) c'est bien sûr moins grave que de lapider une femme pour adultère et que, finalement, il n'y a pas lieu de s'affoler.

M'étant moi même émue des propos tenus sur le site France-Echos, moi qui ai toujours pris soin de distinguer l'islam de l'islamisme et qui considère tout musulman comme un être humain doué de libre arbitre capable de s'émanciper, j'ai écrit aux responsables de France-Echos pour protester.

Un des responsables de France-Echos me répondra, en rapport à la sourate autorisant un mari à battre sa femme, qu'il lui « plairait d'être un bon musulman avec moi »33 Ce même rédacteur qui m'affirmait peu de temps avant que « les recommandations de Paul plus personne ne les applique ». Enfin, les lecteurs s'y retrouveront.

Ce rédacteur ajoutera également que je me « prosterne devant l'Arabie saoudite », que « j'approuve l'apartheid des non musulmans », que je « me bats pour que des versets parlant de labourage, de meurtre, d'amputation, de pillage etc.. soient conservé pour qu'ils resservent un jour »34 Il conclura que « je dois comprendre pourquoi certaines personnes ne souhaitent pas forcément contribuer à ce que moi ou mes semblables aient des descendants »35

Quoiqu'il en soit, si France-Echos se pose en défenseur de la liberté d'expression notamment en prenant partie pour des personnes comme Robert Redeker36, France-Echos n'accepte guère autre chose, tout comme les médias bien pensants qu'il dénonce, que sa propre pensée unique comme seule vérité.