France-Echos un site résistant ?

Présenté comme site résistant sur la toile du net, France-Echos s'est fait comme devoir de dénoncer, et cela à juste titre, la politique clientéliste de Sarkozy avec l'UOIF, le double discours de Tariq Ramadan, la gauche obscurantiste formée autour de personnalités comme Pierre Tévanian, le MRAP ou la LDH qui se sont détournées du combat anti-raciste pour embrasser la cause islamiste, les indigènes de la République et, plus généralement, la dictature du politiquement correct qui a considérablement appauvri tout débat sur l'immigration et la délinquance en France.

Mais, si France-Echos traite pour partie des mêmes sujets que ProChoix c'est malheureusement pour en faire une grille de lecture radicalement différente. En effet, France-Echos arrive toujours à des conclusions diamétralement opposées à celles de ProChoix , conclusions notamment contredites par les thèses développées dans le livre « Tirs Croisés » co-écrit par Caroline Fourest et Fiammetta Venner.

Partie 1 : les amalgames de France-Echos

Islam = islamisme = délinquance = traditions archaïques

Pour France-Echos, l'islam c'est l'islamisme. C'est exactement la même chose. Francis Percy Blake, le responsable du site, dira sur le forum: « nous devons lutter contre l'ennemi commun, qu'on l'appelle islamisme, islam politique ou islam tout court. » 1 Une autre rédactrice de France-Echos, plus catégorique, ne souhaite pas lutter contre l'islam mais bel et bien l'abattre : « Ca n'est pas l'islam radical que l'on doit abattre mais l'islam tout court. Car il n'existe AUCUNE différence entre les deux »2. Selon France-Echos, l'islamisme est simplement l'islam pur et originel, le véritable islam c'est à dire un islam politique devant régir tous les aspects de la vie d'un pays (social, économique, culturel)3 A noter que ce raisonnement est exactement le même que celui des islamistes eux mêmes. Si l'islam était un système politique à part entière, pourquoi Mahomet n'a-t-il pas prévu sa succession, première des choses dont on se préoccupe quand on met en place un système politique ? A cette question, France-Echos n'apportera guère de réponse. Selon France-Echos, l'islam, qui n'est rien d'autre que l'islamisme, est donc un totalitarisme comparable au nazisme et au communisme. L'argumentaire anti-islam précise que l'islam est une « idéologie qui instrumentalise une religion et qui vise à soumettre l'humanité au même titre que le nazisme ou le communisme » 4. Outre le fait qu'on aimerait bien rappeler à France-Echos que la Shoah n'a eu lieu ni du temps de Mahomet, ni en terre d'islam mais bel et bien en terre chrétienne, l'amalgame entre islam et nazisme méprise à ce point l'histoire de l'islam, pourtant riche en courants et interprétations diverses et subtiles, qu'il en est absurde. Citons quelques uns de ces courants :

  • Le mutazilisme est un courant de pensée rationaliste qui a eu une grande influence au 8ième siècle. Le mutazilisme appelait les hommes à la raison, défendait le libre arbitre, préférait une lecture allégorique du Coran à une lecture littérale. Ce courant a inventé la notion de Coran « créé », dans le sens où il n'y a aucune similitude entre les paroles humaines et divines, Allah ne pouvant parler comme sa création c'est à dire les hommes.
  • Dans la seconde moitié du 19ième , le premier salafisme, bien que leurs lointains successeurs feront tragiquement le contraire, souhaitait réformer l'islam et mettre fin à des siècles de sclérose intellectuelle en s'inspirant notamment du modèle de la réforme protestante, les protestants étant à l'époque les champions de la modernité.
  • Loin de l'image d'intolérance et de fanatisme qu'en a donnée l'Iran de Khomeyni, le chiisme est ouvert aux autres religions. Le chiisme considère le sens apparent et littéral des textes sacrés (les Psaumes, la Torah, l'Evangile, le Coran) comme n'étant qu'une enveloppe extérieure à l'intérieur duquel le message reste toujours le même, les prophètes s'étant simplement adaptés aux coutumes et traditions des peuples pour transmettre sous des supports différents (c'est à dire les Psaumes, la Torah, l'Evangile, le Coran) un même message.

Moralité : l'islam n'est pas plus une religion de haine que d'amour. L'islam, tout comme le christianisme et le judaïsme, est simplement ce que choisissent d'en tirer les hommes : le meilleur comme le pire.

Selon un rédacteur, l'Histoire « nous apprend qu'aucun système totalitaire n'a perduré »5 Dans ce cas, pourquoi l'islam existe-t-il depuis 14 siècles alors que le nazisme et le communisme n'ont perduré que quelques décennies ? France-Echos réduit le Coran à une idéologie de haine envers les juifs et les chrétiens6, ce serait un « manuel de pillage »7 qui « ordonne NOIR SUR BLANC les atrocités de l'inquisition »8 Si France-Echos se contentait seulement de blasphémer ou de critiquer ainsi le Coran, ce ne serait, après tout, pas si grave. Faire de telles affirmations sur le Coran est en soi un blasphème et relève donc de la liberté d'expression. Sauf que France-Echos, comme nous le verrons plus bas, utilise bel et bien l'amalgame Coran / violence et islam / nazisme à des fins de pure haine envers les musulmans en tant qu'individus. Comment pouvait-il en être autrement d'ailleurs ? Des propos tels que : « Mahomerde l'ordure, un dieu tellement sous-merde que son chef d'oeuvre est un navet, un ramassis d'insanités juste bon à se torcher le cul, écrit pour des dégénérés, et des détraqués sexuels, mode d'emploi pour terroristes, pédophiles et désaxés en tout genre » 9 sont tellement orduriers qu'ils dépassent, par la haine qu'ils dégagent, le cadre du simple blasphème.

France-Echos amalgame culture arabo-musulmane, délinquance, barbarie et islamisme. André Waroch dit à propos de la délinquance dans les banlieues : « En France, on fait passer pour de la délinquance de droit commun les tournantes, les caillassages de pompiers dans les cités, les voitures brûlées, les attaques de commissariats au cocktail Molotov ; rien de plus faux. ; c'est un comportement insurrectionnel, un refus des populations musulmanes, se sachant en augmentation exponentielle, d'admettre plus longtemps les lois et l'autorité d'un pays dirigé par des infidèles, ainsi que la présence de ces mêmes infidèles à coté de chez eux. Le mépris absolu, qui va jusqu'au viol collectif, des femmes osant exhiber leur corps (parfois, cette exhibition peut juste signifier la tête découverte si le visage de la femme est avenant) n'est que l'application sauvage de la Charria, la loi islamique, par la population musulmane » 10

La culture arabo-musulmane serait une « inculture »11 Un article titre que la « culture arabo-musulmane serait source de l'Intifada en France »12. Elle serait génératrice de frustration, de sauvagerie et de barbarie. Un rédacteur dira en effet : « J'ai tenté ci-dessus d'en expliquer les raisons à savoir que cette sauvagerie et cette barbarie que nous constatons tous les jours a pour origine une « culture arabo-musulmane » génératrice de frustration et de violence qui fabrique des sauvageons schizophrènes » 13 Si la délinquance est à la fois le résultat du chômage, du laxisme et de l'incapacité de l'Etat à sanctionner durablement la violation des lois, l'islamisme, diffusé dans les banlieues françaises, sort au contraire durablement des jeunes de la délinquance. C'est d'ailleurs malheureusement pour cela que des prédicateurs islamistes comme Tariq Ramadan ou Hassan Iquioussen sont vus comme les « nouveaux travailleurs sociaux » ... ou que des politiques comme Sarkozy aimerait laisser aux imams de l'UOIF le soin d'exercer leur influence dans les quartiers difficiles pour y rétablir l'ordre et se débarrasser ainsi de la patate chaude.

France-Echos confond bien sûr les traditions archaïques (traditions très anciennes qui existaient bien avant l'islam comme les mariages forcés, l'excision, les crimes d'honneur) et ce qui est réellement prescrit dans le Coran pour les femmes (c'est à dire la polygamie, le fait qu'un mari batte sa femme, l'héritage d'une femme égale à la moitié de l'héritage d'un homme) A propos des crimes d'honneur, très ancienne tradition arabe, un rédacteur écrit : « le mot Islam n'est cité, alors qu'il est à la source de ces pratiques inhumaines ! » 14 FP Blake semble, quant à lui, penser que seule « l'idéologie musulmane est responsable de la condition exécrables des femmes sous loi islamique »15 Si une lecture littérale des sourates infériorisant les femmes est évidemment source de violences envers les femmes, c'est oublier le poids des traditions archaïques qui perdurent dans les pays musulmans comme non musulmans à cause de la pauvreté et de l'absence d'éducation. En Inde, pays pourtant en majorité hindouiste, la naissance d'une fille y est considérée comme une malédiction : foeticide, infanticide, prostitution des fillettes à l'âge de 6 ans, mariage forcés à partir de 10 ans, viols collectifs, traite des femmes, tourisme sexuel, assassinat de femmes par leur époux lorsque que la dot de la fille est insuffisante, immolation des veuves. Voici la liste non exhaustive des monstruosités perpétuées au nom de vieilles traditions indiennes qui elles n'ont strictement rien à voir avec l'islam ou la culture musulmane. Rappelons que parmi les six grandes tendances de l'islam, seul le salafisme traditionaliste (ou talibanisme) s'inspire des traditions archaïques non islamiques (mariages forcés etc.) En affirmant que les traditions archaïques prennent leur source dans l'islam, France-Echos souffre de la même tare que celle des talibans eux mêmes.

La haine des musulmans poussée à son paroxysme

Selon France-Echos, comme par définition un musulman est une personne qui se réclame de la religion islamique, un musulman est donc un islamiste. Toujours selon France-Echos, aucune distinction ne doit être faite parmi les musulmans : tout musulman, qu'il soit pratiquant ou non pratiquant, dont le lien avec l'islam soit cultuel ou simplement culturel, est condamnable. En effet, les musulmans seraient tous « promoteurs de l'instauration de la charia ».

Chico Ray dit «Les musulmans sont une civilisation déchue, ils en conçoivent une profonde humiliation, celle du cancre face au premier de la classe. Et c'est bien pire encore en ce qui concerne les musulmans issus de la décolonisation, réduits à devoir fuir leur propre pays, à admettre leur propre incapacité à réussir, et subir l'humiliation suprême de travailler pour et chez ceux qu'ils ont chassés (...)Vous connaissez des musulmans qui sont opposés à l'Islam, vous ? Vous connaissez des musulmans qui dénoncent la barbarie du Coran ? Vous connaissez des musulmans qui avouent que Mahomet fut un criminel psychopathe, pédophile et obsédé sexuel ? il n'y en a pas un seul, PAR DEFINITION. Ils ne seraient pas musulmans sinon (..) Les musulmans pratiquants ou non pratiquants sont TOUS les artisans de la conservation du Coran.(...) il y aura application de ce Coran quand les musulmans seront majoritaires, qu'ils en soient conscients ou pas. DONC : oui, tous les musulmans sont, HELAS POUR EUX, tous à mettre dans le panier de ceux qui participent ou participeront VOLONTAIREMENT OU INVOLONTAIREMENT à l'instauration de la charia dans un futur proche ou lointain, voire très lointain. LES MUSULMANS SONT TOUS, CONSCIEMMENT OU PAS, PROMOTEURS DE L'INSTAURATION DE LA CHARIA.» 16

Un musulman est par définition un être violent17, un batteur de femmes, un voleur, un polygame, qui aime d'ailleurs s'adonner au viol collectif des occidentales18 (n'en déplaise à Samira Bellil). L'islam serait « un ramassis d'abrutis nés, de voleurs, de brigands, d'assassins, de demeurés » 19 Les musulmans seraient des « animaux sexuels de premier rang »20, « des dégénérés, des détraqués sexuels, des pédophiles et désaxés en tout genre »21 Les musulmans seraient des « parasites » et il n'y aurait « aucune exception à cette affirmation »22 Ce serait dans « leurs gènes »23

Un article on ne peut plus explicite précisera sur les garçons musulmans grossièrement amalgamés à des violeurs en puissance pour l'occasion : « En Islam, le mâle est dominant et puissant, puisqu'il est créé pour servir Allah (..)La peur, la frustration, la violence sont enseignées dès l'enfance, puisque l'enfant voit sa mère battue et vilipendée. Il est lui-même battu. Ceci est monnaie courante dans les foyers musulmans. Le viol se situe dans cette continuité et reste dans la norme de la violence. Cette dynamique familiale engendre la rage, la volonté de puissance et l'agressivité qui se répercutent dans un acte sexuel, devenu un moyen de lutte et de défoulement et non une fin de plaisir. »24 La sexualité d'un musulman est évoquée en ces termes : « La forme "normale" de l'acte sexuel est l'agression anale et la tendance du macho est de préférer la relation homo ou pédo, le viol, les tournantes, incapable d'une relation sexuelle homme-femme sublimée ». 25

Si la culture arabe peut être machiste, la culture nippone ou russe l'est également tout autant : ça ne fait pas pour autant de tout Japonais ou Russe un mâle frustré, enragé, agressif et violeur ne pratiquant que la sodomie avec ses partenaires. Dans un éditorial, voici ce que conseillent les responsables du site en cas de rencontre avec des femmes musulmanes : ''« S'en prendre aux bâchées que l'on croise, et dire des trucs genre : coran répugnant , Mahomet pédophile, islam, secte de merde » ..... J'engueule mon chien quand il n'obéit pas en lui disant qu'il a les oreilles pleines de merde coranique , quand il y a des coranisés pour entendre bien sûr. (..) La semaine dernière, il y a un mec qui a réagi qu'est que t'as dit ? et moi j'ai répliqué tu veut un synonyme ? vomissures mahométanes (..) Mahométanes est un adjectif dont nous pouvons donner deux acceptions. a) Synonyme de musulmanes , qui est à prendre ici dans le sens relatives à l'islam et non qui professe l'islam . b) Relatives à Mahomet : les vomissures mahométanes sont des vomissures produites par Mahomet (versets coraniques ou paroles rapportées dans des hadith). »'' 26

L'amalgame musulman = terroriste

Comme le terrorisme prend effectivement sa source dans l'islamisme, l'amalgame islam / terrorisme arrive également bien vite. A propos d'actes terroristes en Indonésie, un article titrera « Coran=Islam=Violences=Barbaries=Terreur=Totalitarisme »27 L'amalgame musulman / terroriste suit tout naturellement : tout musulman (qui est un islamiste selon France-Echos) doit être considéré comme un terroriste potentiel. Sur le site d'Occidentalis, collaborateur actif de France-Echos, on peut lire parmi les réactions des internautes que « tout musulman en France est un terroriste potentiel »28 Selon FP Blake, le djihad d'attaque serait une prescription coranique. En effet, il dit sur le forum : « Ben Laden est un "bon" musulman au sens où il applique le dogme coranique du jihad, partie intégrante de l'islam »29 Si FP Blake connaissait un tant soi peu le terrorisme et la littérature djihadiste qui abonde sur le net, il saurait que le djihad d'attaque a été théorisé par Zawahiri, le second de Ben Laden30 Zawahiri a transformé le djihad de défense (autorisé effectivement par le Coran) en un djihad individuel fondé sur le martyr.

L'origine divine du Coran (musulman = idiot)

FP Blake dit que : « Pour les mahométans, le Coran est la parole incréée de leur divinité sadique Allah, et par conséquent ils ne peuvent ni en changer ni en critiquer ne fusse qu'un iota. »31

Chico Ray dit que : « Le Coran, par contre, ordonne NOIR SUR BLANC les atrocités de l'inquisition, il s'agit d'ordres directs de Dieu dictés par l'ange Gabriel et diffusés par Mahomet. Diffusés et MIS EN APPLICATION par Mahomet par pur intérêt personnel : pouvoir et argent (en en plus sexe dans le cas de Mahomet : la totale !) Mahomet, Le beau modèle à suivre par tous les musulmans QUAND LES MUSULMANS SONT EN POSITION DE FORCE ET PEUVENT APPLIQUER CE MODELE. (...) Les instructions du Coran, les musulmans les appliquent dès qu'ils le peuvent s'il n'y a pas d'opposition car TOUT le Coran est ordre DIRECT ET ABSOLU DE DIEU LUI MEME. AUCUN MUSULMAN, et une musulmane encore moins, NE PEUT RENIER CE POINT»32.

Chez France-Echos, le Coran étant d'origine divine, un musulman est condamné à prendre le texte du Coran dans son intégralité. Un musulman n'est donc plus un individu doué de libre arbitre, capable de rejeter les sourates caduques, de ne prendre que le meilleur de sa religion et de s'émanciper comme tout autre croyant : c'est par définition un décervelé, un idiot congénital incapable de faire une lecture contextualisée du Coran, incapable de rejeter les sourates infériorisant les femmes ou encourageant à la violence. La démarche de France-Echos est donc aussi acéphale que celle du salafisme littéraliste qui fait une lecture littérale du Coran et de la Sunna pour l'appliquer au pied de la lettre. Les rédacteurs de France-Echos auront bien sûr oublié un détail : le Coran est peut être d'origine divine mais il n'en a pas moins été écrit par des scribes sur ordre de Mahomet. Enfin, il ne faut pas se leurrer : la soi disant origine divine du Coran ne sert que de prétexte fallacieux pour justifier et asseoir davantage la haine de l'autre. France-Echos pourra bien ânonner que si on déteste le nazisme il est normal de détester les nazis et que, en conséquent, il doit en être de même avec l'islam et les musulmans. Oui sauf qu'il y a une différence de taille : l'islam n'est pas le nazisme.

Une phrase de l'argumentaire anti-islam en téléchargement sur le site de France-Echos est loin d'être anodine et est très révélatrice. Cette phrase précise, à propos des Français qui considèrent que l'islam est une religion comme les autres, que ce sont des : « Français ignares en islamologie (...) qui affirment que l'islam est une religion comme les autres et donc que les musulmans ont les même droits que les adeptes des autres religions » 33 Passons sur l'accusation d'ignorance en islamologie qui est plutôt amusante de la part d'un site qui caricature aussi grossièrement l'islam dans son ensemble, sans tenir compte de ces différents courants et de son histoire, et voyons plutôt la question que l'on se pose légitimement à la lecture de cette phrase : Doit-on comprendre par là que les musulmans ne devraient pas avoir les mêmes droits que les juifs, les chrétiens ou les athées ? Qu'il faut retirer ses droits aux musulmans et les traiter comme des sous citoyens voir des sous hommes ?.Un peu comme l'a fait Hitler dans les années 30 avec les Juifs ? C'est cela qu'il faut comprendre ?

Le détournement du mot takia (musulman = menteur)

Toujours selon France-Echos, si le musulman est par définition un islamiste, c'est également par définition un menteur ! Les musulmans pratiquent allégrement le double discours pour tromper les Européens. La takia, c'est à dire le droit de mentir aux non musulmans, serait une « prescription coranique ». L'argumentaire anti-islam précise : « Ne soyez jamais étonné qu'un musulman mente par omission ou par action, dissimule ou falsifie car c'est une prescription coranique. Quand il s'agit de développer l'islam, tous les coups sont permis. La taqqya, qui s'écrit aussi takia (dissimulation), est un devoir pour les croyants en situation d'infériorité (= de minorité). » 34 France-Echos, qui se pose toujours en grand islamologue et traite quiconque n'est pas d'accord avec lui d'ignare, ne sait même pas que la takia, c'est à dire le droit de mentir, était à l'origine utilisée par les chiites (qui étaient minoritaires) pour échapper aux persécutions sunnites. La notion de takia a été ensuite reprise par Hassan Al-Bannah, le fondateur des Frères Musulmans en Egypte, qui a autorisé les membres de sa confrérie à mentir pour ne pas être démasqués35. Si, dans un livre de plus 400 pages avec 800 références à l'appui, Caroline Fourest a démonté le double discours d'un musulman à savoir Tariq Ramadan, l'ambassadeur des Frères Musulmans en Europe36, France-Echos a repris la notion de takia pour accuser l'ensemble de la communauté musulmane ... mais cette fois ci sans autre démonstration que leur propre mauvaise foi.

Si Tariq Ramadan, l'ambassadeur des Frères Musulmans en Europe, ou les intégristes de l'UOIF, filiale française des Frères, n'hésitent effectivement pas à mentir pour se tirer d'affaire sur les plateaux télé37, ce n'est pas le cas des véritables musulmans libéraux qui souhaitent refondre la pensée islamique pour l'adapter à la modernité. Les musulmans libéraux (qui sont véritablement laïques et démocrates) sont traités par les islamistes de « faux musulmans » voir, pour certains d'entre eux, menacés de mort . Malgré cela, France-Echos accuse également les musulmans libéraux d'être des menteurs38 et d'avoir en réalité les mêmes objectifs que les intégristes .

Chico Ray dit : « Les musulmans intégristes sont ceux qui piquent les sacs, les musulmans modérés sont ceux qui se pacsent avec les nations, qui obtiennent une procuration, qui labourent les autochtones et qui LE JOUR OU LES MUSULMANS SERONT MAJORITAIRES SERONT OBLIGES de vider le compte en banque !Remplacez "vider le compte en banque" par "établir la charia" et perdre des "euros" par perdre des "droits", et voilà, vous avez le programme de l'Islam »39

Sur le forum Francis Percy Blake dira des musulmans libéraux que: « ce sont des musulmans "incomplets", ou tout simplement des adeptes de la takia. »40 Un certain Tariq Ramadan dit exactement la même chose des musulmans libéraux : pour Tariq Ramadan, les musulmans libéraux sont des musulmans « sans l'islam »41