Suite à la plainte de Laurent de Villiers, Guillaume de Villiers, 29 ans, l'aîné de Philippe de Villiers, a été mis en examen pour "viols". Les faits remontraient à une quinzaine d'années. Les deux fils de Philippe de Villiers étaient alors mineurs. Dans sa plainte, Laurent de Villiers affirme avoir été régulièrement agressé au domicile familial des Herbiers (Vendée), entre 1992 et 1996.

Sur son site internet, Philippe de Villiers déclare "Je suis victime d'une manipulation politique ignominieuse qui vise à salir ma famille pour m'atteindre en tant que candidat à l'élection présidentielle" : "la personne visée, Guillaume de Villiers, était la cible des «barbouzes» du renseignement qui l'accusaient de m'avoir fourni des documents pour mon livre les Mosquées de Roissy. Il est aujourd'hui mis en cause alors même que tous les faits révélés dans mon livre «les Mosquées de Roissy» me donnent raison. On ne peut que s'étonner de la concomitance de la plainte avec les révélations concernant les bagagistes islamistes de Roissy."

Il fut un temps ou Philippe de Villiers réclamait la peine de mort pour les violeurs d'enfants et refusait qu'on remette les suspects en liberté provisoire. Aujourd'hui, il a recommandé a l'avocat de son fils ainé de porter plainte pour «dénonciation de crime imaginaire».

Il est probable que cette affaire fasse perdre un peu moins de voix au Front national. Interrogé par Reuters, l'avocat de Laurent de Villiers, Me Jean-Marc Fédida, a rappelé : "Ce n'est pas parce qu'on s'appelle de Villiers qu'on n'a pas le droit de porter plainte quand on a été violé ou qu'on doit tenir compte de l'emploi du temps de ses parents"