Depuis 2003, la guerre fait rage au Darfour. Elle a causé jusqu'ici la mort de près de 300 000 personnes, et chassé de leurs terres plus de deux millions d¹autres après la destruction d'environ 80 % de leurs villages soit un tiers de la population de la région .

Malgré les multiples appels de la communauté internationale, les populations civiles continuent d¹être les cibles quotidiennes des forces armées soudanaises et des Janjawid, milices armées par le régime militaire de Khartoum. Certaines factions des mouvements rebelles sont également responsables d'exactions et de violations des droits humains de la population du Darfour.

En dépit de la signature d¹un accord de paix en mai 2006 entre une partie de la rébellion et le gouvernement soudanais, les viols massifs, les attaques contre les civils et le personnel humanitaire international se multiplient dans l'ouest du Soudan. Des crimes de guerre et des violations graves du droit international humanitaire continuent d'être commis en toute impunité.

Les déplacements massifs de la population rurale vers les camps de réfugiés ont réduit à néant l'agriculture locale. La population dépend désormais de l¹aide alimentaire internationale. Aux destructions liées à la guerre vient s¹ajouter un risque de famine généralisée.

Malgré la résolution 1706 du Conseil de sécurité des Nations unies, le pouvoir soudanais refuse catégoriquement le déploiement d¹une mission internationale de maintien de la paix au Darfour. Les crimes commis dans cette région continuent de se perpétrer à huis clos.

Les signataires de cette pétition constatent le silence du monde arabe sur ce drame et appellent les acteurs de la société civile, les responsables politiques, à agir auprès de leurs gouvernements et des organisations régionales pour qu¹ils prennent clairement position en faveur d¹un arrêt des combats et obligent le gouvernement soudanais à trouver une issue pacifique au conflit dans le respect des droits des habitants du Darfour.

Premiers signataires Abdulla Mohammed
Akl Pierre, directeur du site Metransparent (France)
Allal Tewfik, président du Manifeste des libertés
Babès Leïla, sociologue(France)
Ben Achour Sana, professeur de droit (Tunisie)
Ben Slama Raja, essayiste (Tunisie)
Bencherif Zoubida
Benslama Fethi, psychanalyste (France)
Bessis Sophie, historienne (France)
haabane Nadia, linguiste (France)
Cherki Alice, psychanalyste (France)
Daoud Zakya, historienne écrivain
Dyari Ahmed, consultant (Etats-Unis)
Harbi Mohammed, historien (Algérie)
Hassan Kadhim-Jihad, écrivain, maître de conférences (France)
Hemo Tariq
Hihi Abdelhamid, médecin (France)
Hilal Bachir, éditeur (Liban)
Houni Mohammed Abdelmottaleb, homme d¹affaires (Lybie)
Janabi Abdelkader, poète (Irak)
Jerradi Hicham, économiste (Norvège)
Jguirim Sihem, psychologue (Tunisie)
Lagtaa Abdelkader, réalisateur (France) -
Maaninou Larbi, enseignant (France)
Mechali Anaïs, psychologue (France) -
Mekrelouf Horiya, responsable associative (France)
Moussa Nibal
Nabulsi Shaker
Ould-Khélifa Saïd, réalisateur (Algérie)
Pasha Azad, ingénieur (Pays-Bas)
Saadi Nourrédine, juriste, écrivain (Algérie)
Sadallah Arafat, étudiant (Maroc)
Sanbar Elias, écrivain (Palestine)
Sebbar Leïla, écrivain (Algérie)
Tandjaoui Hocine, écrivain (France)
Tazi Nadia, philosophe (Maroc)
Yacine Tassadith, écrivain (France)
Zine Mohammed Chaouki, philosophe (France)

Pour le signer, adressez vos mails à : manifeste@manifeste.org