A la suite d'une tribune dans le journal « Le Figaro », R. Redeker, professeur de philosophie, est menacé de mort. Ces menaces sont suffisamment précises et sérieuses pour qu'il ait été placé sous la protection de la police. Au delà de l'avis que chacun peut porter sur cette tribune, il est en tout état de cause inacceptable, dans notre République, que des propos tenus par un citoyen conduisent à une telle situation. Aucune philosophie, aucune idéologie, aucune religion n'est au dessus de la loi. Notre République laïque a, parmi ses principes, le respect de la liberté de conscience et de la liberté d'expression. Le développement de l'intégrisme religieux de quelque religion qu'il vienne ne peut qu'inquiéter, sa traduction étant souvent de placer la pensée religieuse au dessus des lois, d'interdire sa critique et de tenter d'imposer une pensée unique allant jusqu'à remettre en cause les contenus d'enseignement voire les vérités scientifiques (théorie de l'évolution par exemple). L'école a un rôle important à jouer pour lutter contre ces obscurantismes en développant, dans la stricte neutralité, chez les jeunes l'esprit critique. Le SNES défendra R. Redeker dans son droit à la libre expression. Il appelle l'Etat et en particulier le Ministre de l'Education Nationale, à assurer, dans toutes ses dimensions et sans réserves, la défense et la protection de notre collègue.

A Paris, le 29 septembre 2006