Le premier ministre adjoint polonais demande la protection constitutionnelle de 'la vie prénatale'. Une menace réelle de restrictions supplémentaires ajoutées à la loi contre l'avortement est présente. Actuellement, l'interruption de la grossesse est légale lorsqu'il s'agit de sauver la vie ou la santé de la femme, lorsque le foetus est très déformé ou lorsque la grossesse est la conséquence d'un crime. Alors que la loi impose déjà de nombreuses restrictions, il existe une tentative politique de rendre l'avortement complètement illégal. Roman Giertych, premier ministre adjoint polonais, qui occupe également le poste de ministre de l'éducation nationale et de président du parti politique la Ligue des Familles Polonaises (LPR), a lancé un appel samedi à tous les parlementaires pour que ceux-ci soutiennent un projet d'amendement de l'article 38 de la Constitution Polonaise. Il est écrit dans l'article 38 que la République de la Pologne assurera la protection légale de la vie de toute personne humaine.

La LPR propose d'ajouter à la fin de cette phrase, 'à partir du moment de la conception.' Giertych maintient que l'introduction d'une protection constitutionnelle de la vie prénatale constituera une étape importante dans la réalisation du testament du pape Jean-Paul II. Par ailleurs, il a comparé 'le meurtre d'enfants pas encore nés' avec la Shoah.

L'amendement de l'article 38 sera mis au vote dans à peu près une semaine. Giertych a déjà l'assurance du 2e premier ministre adjoint, Andrzej Lepper, que le parti de ce dernier, Auto-Défense (Samoobrona) soutiendra l'amendement. Les deux partis, la Ligue des Familles Polonaises et Auto-Défense restent en coalition avec le parti gagnant aux dernières élections, Loi et Justice (PiS). Tout dépend de la décision de PiS mais pour l'instant son attitude envers la proposition d'amendement demeure ambiguë et imprécise. L'un des membres importants du PiS et le Speaker (président du parlement), Marek Jurek, a déclaré mardi qu'il existe en effet un besoin de garantir dans la Constitution la protection de la vie dès la conception.

La LPR est connue pour ses positions nationalistes, fondamentalistes et contre le libre disposition du corps des femmes. L'année dernière, Maciej Giertych, le père de Roman Giertych et membre du parlement européen, a organisé une exposition radicalement anti-avortement dans les locaux du parlement européen à Strasbourg.

La Fédération polonaise pour les femmes et pour le planning familial organise des actions contre l'initiative de la LPR. Si vous souhaitez soutenir le mouvement de protestation contre l'interdiction totale de l'avortement en Pologne, nous vous demandons de signer notre lettre ouverte:

http://www.federa.org.pl/signatures