A partir du moment où la censure tunisienne a décidé d'interdire la vente du Figaro sur son territoire, il paraissait essentiel que nous diffusions les deux tribunes incriminées, celle d'Antoine Sfeir et de Robert Redeker. Notre lectorat tunisien méritait comme tous les autres de lire et de se faire leur opinion sur ces prises de position.

Néanmoins, plusieurs points méritent d'être discutés, pas censurés, pas brûlés mais discutés. Le texte de Robert Redeker considère ainsi que l'islam et non l'intégrisme musulman sont responsables de la violence. Confondre islam et intégrisme musulman est non seulement moralement indéfendable mais stratégiquement problématique.

Faut-il encore rappeler que les textes des trois principaux monothéismes sont utilisables et par les intégristes et par les libéraux ? Qu'on relise la Bible. Que fait Moïse lorsque des Hébreux se désintéressent du monothéisme et s'adonnent à un rituel païen symbolisé par le Veau d'or. Ce jour-là, il fait exécuter 3 000 hommes en guise de punition : « Que chacun de vous s'arme de son glaive ! Passez et repassez d'une porte à l'autre dans le camp, et immolez, au besoin, chacun son frère, son ami, son parent ! » Et qu'ordonne l'Eternel concernant les habitants de Terre Sainte : « vous renverserez leurs autels, vous briserez leurs monuments, vous abattrez leurs bosquets, vous livrerez leurs statues aux flammes. Car tu es un peuple consacré à l'Éternel, ton dieu ; il t'a choisi, l'Éternel, ton dieu, pour lui être un peuple spécial entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre. »

Que dit le Nouveau testament ? Jésus : « N'allez pas croire que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive ». Et plus loin « Car je suis venu opposer l'homme à son père, la fille à sa mère et la bru à sa belle-mère : on aura pour ennemi les gens de sa famille ». Il conseille à ses disciples de se montrer « malins comme des serpents » et « candides comme des colombes » dans chaque ville où ils vont prêcher car il sait que son message va déclencher l'hostilité : « Le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant ; les enfants se dresseront contre les parents et les feront mourir .»

Je ne vois là aucune raison de considérer, comme le fait Redeker, qu'"Aucune des fautes de l'Église ne plonge ses racines dans l'Évangile. Jésus est non-violent. Le retour à Jésus est un recours contre les excès de l'institution ecclésiale." Il y a dans le texte toutes les raisons de le faire. Le catholicisme post-vatican II est peut être limité aux évangiles (dont sont issues ces citations), mais par honnêteté il faut lire les Pères de l'Eglise qui ont en chrétienté le statut qu'ont les hadiths en islam. Certains groupes chrétiens intégristes réintégrés il y a moins de 10 jours par Benoit XVI se sont faits connaître parce qu'ils trouvaient dans les évangéliques la justification de la torture en Algérie...

Il y a dans le Coran des passages violents, comme dans les textes hétérotestamentaires. La tache des musulmans libéraux et des athées issus de l'islam est complexe. Mais il est de notre devoir de les y aider. Pas de les confondre avec leurs bourreaux.

Les intégristes juif, chrétien et musulman et autres "voleurs de Dieu" se servent de ces textes pour légitimer leur violence politique. Seule une solide culture de contre-pouvoir et une rigueur lexicale nous permettrons d'y résister.

Certains intégristes juifs se basent sur leur lecture de la loi pour justifier la violence. Ainsi le rabbin Ginsburgh ne souhaite pas plus épargner les innocents que les terroristes : "D'après la Halakha, pendant la guerre, il ne doit y avoir aucune distinction. Certains peuvent fuir mais le village entier doit être brûlé, un peu comme ce qu'il est advenu à Sodome et Gomorrhe." Cela fait-il de tous les juifs des criminels ? Si l'on suivait le raisonnement de Robert Redeker, oui.

L'islam n'aurait pas de structuration qui lui permettrait de sortir les déviants. Possible. Mais les intégristes catholiques et protestants qui tuent au nom de Dieu des médecins parce qu'ils pratiquent des IVG ont-ils été excommuniés par l'Eglise ? Benoît XVI considère-t-il raisonnable les 44 400 actes de violence à l'encontre des partisans de l'avortement, 16 tentatives de meurtre, 2 400 assauts ou attentats à la bombe ? En tous cas, il n'a jamais condamné ces actes.

Un autre point de désaccord réside dans la sécularisation due au christianisme. Certes de nombreux pays laïcs en sont issus. A première vue seulement. Si la séparation est plus ou moins acquise, la persistance de censure au nom du religieux, de lois sur le blasphème sont demeurées. De plus, l'Indonésie, la Turquie ont longtemps été des pays laïcs et le sont encore partiellement malgré l'avancée des intégristes. Et il y plus d'habitants en Indonésie que dans notre vieille Europe. Mais ce constat est basé sur une déformation de perception. La possibilité de la raison n'a pas été offerte par l'Eglise, elle lui a été arraché par des êtres pensant avec leur raison. Prenons un exemple sous d'autres latitudes : les femmes iraniennes. Quel est l'écho que nous donne les observateurs qui ont été en Iran. Elles sont actives, prennent part dans la vie de la cité, font des association, sont hyper diplômées. Grâce à qui ? A leur volonté de résistance, ou au mollahs. Si l'on considère que Benoît XVI a un rapport avec la raison, il faudrait répondre, "grâce aux mollahs".

Fiammetta Venner