Voici un éditorial du journaliste Bashir Goth intitulé "Coucher avec un démon vêtu à la mode islamique" sur le nouveau régime islamiste de Somalie. L'éditorial a paru en anglais dans Awaldnews 1 le 26 août 2006.

"Ils comparent leur conquête de Mogadishu à celle de la Mecque par le Prophète Mahomet - contre les païens qurayshites."

"La paix est douce, mais la paix sans dignité ni liberté n'est pas du tout la paix. Les islamistes qui ont pris le pouvoir à Mogadishu ont demandé au peuple de vivre en paix, de s'occuper de leurs affaires, de manger et de boire, de s'unir et de faire beaucoup d'enfants, d'aller à la mosquée et de prier cinq fois par jour, d'envoyer leurs enfants dans des Madrasses où ils pourront subir un lavage de cerveau et réciter le Coran interprété à la façon satanique des oulémas wahhabites et salafistes, et remercier Allah que les seigneurs de la guerre qui les ont tenus en otages pendant quinze ans soient partis.

Les islamistes comparent leur conquête de Mogadishu à celle de la Mecque par le Prophète Mahomet - contre les païens qurayshites. Ils croient agir sur l'ordre de Dieu et que le Tout-puissant guide leurs fusils. Nous leur disons qu'ils ne sont pas l'armée de Mahomet et qu'ils ne sont en aucune façon plus proches d'Allah qu'une femme qui danse au son de la musique dans un beau mariage ou qui éveille le désir de sa voix mélodieuse. Nous leur disons que le prophète Mahomet n'a pas interdit la musique et la danse et n'a aucunement interdit de jouir de la vie. C'est lui qui a demandé à Aïcha de regarder les danseurs africains un jour d'Aïd à la Mecque. C'est Mahomet qui a dit: 'Dieu ne m'a pas envoyé pour être dur ou vous nuire, mais pour apporter un enseignement et faciliter les choses'."

"Les seigneurs de la guerre ont utilisé la force brute, et les islamistes se servent de la religion pour déshumaniser les gens"

"Les seigneurs de la guerre utilisaient la force brute pour forcer les gens à leur obéir tandis que les islamistes utilisent la religion brute pour déshumaniser les individus. Ils interdisent la musique non parce qu'elle est contre la religion mais parce qu'elle est au-delà de leur contrôle. Ils ferment les cinémas et les théâtres non parce qu'ils répandent le vice mais parce qu'ils veulent laisser la population dans l'obscurité. Ils cachent les femmes non parce que l'islam ordonne leur momification mais parce que les islamistes ont un problème avec leur virilité. Ils pensent que celui qui n'est pas maître de sa femme ne peut être maître des autres. Le pouvoir et la tyrannie sont leurs ultimes buts: la tyrannie doit d'abord écraser et assujettir les faibles pour faire trembler les forts. Ceux qui se demandent où les islamistes veulent mener la Somalie n'ont qu'à voir comment ils traitent les femmes, la musique et les idées. Ces trois éléments représentent la beauté, l'esprit et l'avenir de toute nation. Un article publié sur le site islamiste Qaadisiya et portant sur la remise de leurs diplômes à 140 femmes ayant achevé leur cursus de cuisine et de travaux manuels au Centre Asma Bint Omair laisse entrevoir ce qui attend les femmes: seules ont été affichées les photos des responsables islamistes qui ont participé à la cérémonie et des mets, rangée après rangée. Il semblerait que le photographe ait voulu manifester sa frustration en photographiant la diversité des mets, vu qu'il n'était pas autorisé à montrer les visages des femmes en l'honneur de qui la cérémonie était tenue."

"Les islamistes aiment se faire appeler Abou Qutayba ou Abou Mansour, (cachant) leur véritable identité sous des noms empruntés aux légendaires leaders musulmans."

"Les islamistes aiment qualifier leur usurpation du pouvoir de soulèvement populaire, mais nous avons pu constater que les camps de réfugiés au Kenya ont fait plus que doubler de taille depuis l'arrivée au pouvoir des tribunaux islamiques, en raison du grand nombre de personnes qui fuient le lugubre avenir qui les attend. Les soulèvements populaires en Ukraine et ailleurs n'utilisent pas des milices et la puissance du feu pour soumettre les opposants.

Malgré leurs discours doucereux et leur pudeur, les islamistes ont un noble programme: ils voudraient arabiser la Somalie pour en faire un émirat islamique de type taliban. Il existe déjà une sérieuse érosion culturelle. Les noms des personnes ne sont plus identifiables. Les islamistes aiment se faire appeler Abou Qutayba ou Abou Mansour, conformément à la tradition d'Al-Qaïda et d'autres groupes radicaux qui occultent leur véritable identité derrière des noms empruntés aux légendaires leaders musulmans.

Les belles Somaliennes ont été enterrées sous des couches de tissu lourd exactement comme les taliban, et on a demandé aux fidèles de les enchaîner à la maison. Bientôt les islamistes déclareront Haram la langue somalienne et l'alphabet latin, et le remplaceront par l'alphabet arabe, comme dans le cas de l'ourdou et du farsi: ce n'est qu'une question de temps. Ils se sont déjà mis à administrer des coups de fouet pour de petits délits et ont menacé de la peine de mort ceux qui ne respectent pas les cinq prières journalières.

Personne ne sera surpris s'ils se mettent à menacer les organisations internationales contre l'embauche de Somaliennes, à l'instar des taliban et des oulémas extrémistes du Cachemire dévasté par le tremblement de terre, lesquels ont dernièrement averti les ONG de ne pas embaucher leurs femmes et de ne pas réagir aux violences."

"L'Union des groupes islamistes à Mogadishu a déclaré la guerre là où régnait la paix régionale et internationale."

"Et par-dessus tout, les dirigeants islamistes de Mogadishu sont des menteurs. Après avoir chassé les leaders militaires de Mogadishu, ils ont assuré qu'ils n'avaient aucune intention de conquérir de nouveaux territoires ou de causer de nouvelles effusions de sang. Ils ont dit qu'ils voulaient consolider la paix dans la capitale et négocier avec le gouvernement TFG, mais depuis ils sont devenus particulièrement belliqueux et ont envoyé leurs brigades martyre détruire tout village, toute ville ou peuple qui leur barrerait le passage. Ils ont vigoureusement nié toute volonté de puissance et toute aspiration à gouverner le pays, mais toutes leurs actions révèlent leur haine de la démocratie et leur affinité avec les régimes dictatoriaux. Ils ont nié toute intention d'appliquer la sharia, et se sont pourtant hâtés de faire adopter aux Somaliens les tribunaux islamiques. Ils ont dit qu'ils n'imposeraient jamais l'habit islamique aux femmes, mais ont fait en sorte qu'il soit difficile pour les femmes non entièrement revêtues d'arpenter les rues de Mogdishu. Ils ont déclaré qu'ils voulaient vivre en paix avec les pays voisins, mais n'ont pu cacher leur intention d'unifier les territoires somaliens de la Corne d'Afrique sous la direction de l'islam. Et ce faisant, l'Union des groupes islamistes de Mogadishu a déclaré la guerre là où régnait la paix régionale et internationale. Leur permettre d'accomplir leur programme sous prétexte de rendre la paix à la Somalie, ce n'est pas seulement faire preuve de myopie ; c'est une imprudence ; c'est coucher avec un démon en habit islamique."

1 Awdalnews.com, le 26 août 2006