Benoît XVI doit "présenter à la nation de l'islam des excuses après le préjudice causé". "Le pape veut-il qu'on ferme les portes du dialogue et qu'on se prépare à de nouvelles croisades?" "Nous appelons à la paix parce que notre religion nous y ordonne, mais si la guerre nous est imposée, nous la livrerons à contrecoeur"