Fondée fin 2004 par Kemi Seba, Tribu Ka est, selon ses fondateurs : « La Tribu Ka est un groupe composés de noirs. Un ordre, fondé par l'ex porte-parole du défunt Parti Kémite 'Kemi Séba' et dont le seul et unique objectif est de contribuer à remettre le véritable peuple élu (kémite de son vrai nom) à sa vrai place ; celui de guide de l'humanité (...) Nous revendiquons le fait qu'en tant que kémites (noirs dans la dialectique esclavagiste) chaque morceau de cette planète nous appartient, car à une époque où le leucoderme marchait encore à quatre pattes dans les cavernes, nous étions déjà les rois et les propriétaires de ce globe. Par conséquent, nous rejetons l'intégration et proclamons notre droit à reprendre toutes nos possessions Â» Assurant le service d'ordre de Dieudonné, Tribu Ka organise des réunions interdites aux blancs (leucodermes), juifs (hyksos), métis et arabes compris. En mai 2006, Tribu Ka une visite dans un club de Krav Maga, durant lesquelles ils proférèrent des menaces à l'encontre de la Ligue de défense juive et du Betar, mouvements sionistes extrémistes. Le 19 mai, la trentaine de membres de Tribu Ka va provoquer les pratiquants d'un sport de combat le krav maga : « est-ce ici que s'entraînent les militants du Betar et de la LDJ ?" puis, « y a-t-il un juif, un Cohen parmi vous ?". En l'absence de juifs dans la salle, Tribu Ka décide le 28 mai de faire une démonstration de force dans la rue des Rosiers. L'hebergeur de Tribu Ka met leur site hors ligne.

Le mercredi 26 juillet 2006, le gouvernement dissoud Tribu Ka (loi du 10 janvier 1936).

Le 14 aout, Tribu Ka ouvrait un nouveau site sur lequel on pouvait lire : « l'Etat aux mains des Sionistes, a tenté de me faire taire, à la grande joie des intégrationnistes nègres, et guerriers de salon, qui ne rêvent que d'une seule chose, le métissage, dormir avec le maître leucoderme alors que nous avons tant à faire, en tant que peuple Kémite. (...) j'ai le plaisir de vous annoncer que je n'ai jamais été aussi fort que maintenant et que par conséquent, vous les esclavagistes modernes (SIONISTES), je vais m'atteler à vous débouter de vos fonctions, puis, considérant l'Etat dans lequel vous avez mis mon peuple, exiger de vous des dédommagements, après quoi, avec les miens sur nôtre terre, nous repartirons. En somme: DESIONISATION, DEDOMMAGEMENT, RAPATRIEMENT Â»

Parmi les autres maximes du groupe, on peut lire : « noir, blanc, séparation, seule solution Â»