Malgré les avancées politiques en faveur des femmes réalisées en 2005, aucune femme n'a été élue hier par les koweïtiens lors des élections législatives alors que 27 des 250 candidats étaient des femmes. Les femmes koweïtiennes ont participé pour la première fois aux élections parlementaires après qu'on leur a octroyé le droit de vote et de se présenter aux élections en mai 2005.

Les élections parlementaires, à l'origine prévues pour 2007, ont été organisées hier après que l'émir, cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Sabah, a dissout le Parlement de 50 membres en mai. D'après l'Associated press, l'opposition, qui compte parmi ses rangs des fondamentalistes islamistes et des activistes laïques, a remporté 36 des 50 sièges du Parlement.

Bien que les femmes ne représentaient que 35 pourcent du nombre de votants d'hier, les femmes constituent 57 pourcent des électeurs éligibles et ont le pouvoir, d'après Reuters, d'exercer une forte pression politique. D'après Adnan al-Shatti, candidat aux élections parlementaires et pédopsychiatre, la participation des femmes va changer la manière dont le Parlement traite des enjeux qui les concernent. Il a déclaré au Washington Post : « Tous les candidats ont été obligés de prendre en compte les questions concernant les femmes lors de leur campagne car elles ont maintenant un poids politique conséquent ».