Lundi dernier, la police iranienne a violemment interrompu une manifestation pour les droits des femmes à Téhéran, frappant les activistes avec des matraques. Les chiffres varient quant au nombre de manifestants présents ; d'après l'Associated Press, 200 femmes manifestaient et 20 d'entre elles, d'après la BBC, ont été arrêtées. Des blessures ont également été signalées mais le nombre de manifestants blessés et la sévérité de leurs blessures restent inconnus. Les activistes manifestaient contre une loi qui autorise la polygamie et demandaient la réforme du divorce et de la garde des enfants.

La BBC a également rapporté que les spectateurs témoins des violences ont crié après la police, lançant des questions telles que « Ce sont nos soeurs, comment pouvez-vous faire ça ? » et « Pourquoi utilisez-vous l'argent du gouvernement pour battre des femmes comme ça ? ». Toujours d'après la BBC, l'incident n'a pas été mentionné par les média d'Iran, qui sont dirigés par l'Etat, mais a été largement rapporté sur les blogs iraniens. Ces blogs comportent également des photographies illustrant les violences.

Les féministes activistes iraniennes sont actuellement en train de faire circuler une pétition pour soutenir les manifestants. On retrouve, parmi les personnes qui ont signé cette pétition, cinq lauréates du Prix Nobel de la Paix : Shirin Ebadi (Iran, 2003), Jodi Williams (Etats-Unis, 1997), Betty Williams (Irlande, 1997), Wangari Maathai (Kenya, 2004) et Rigoberta Menchu Tum (Guatemala, 1992).